Samedi 28 février 2015. L’AEC vous propose une nouvelle conférence gratuite à Carcassonne: Les troubadours roussillonnais (XIIe-XIIIe siècles). Par Michel Adroher.

7 février 2015

[Carcassonne, Auditorium de la chapelle des Jésuites, 14 h 30, entrée libre et gratuite]

Le roi troubadour Alphonse d'Aragon à cheval.

Le roi troubadour Alphonse d’Aragon à cheval.

Ils ont pour noms ou surnoms Berenguer de Palol, Alphonse II d’Aragon, Guilhem de Cabestany, Pons d’Ortafà, Ausiàs March, El Capella de Bolquera (originaire de Carcassonne) et Joan de Castellnou.

Ces sept troubadours roussillonnais attendaient depuis plus de sept cents ans que leurs chansons fussent rassemblées en un recueil unique. Ces poètes-musiciens méconnus occupent pourtant, dans le monde du trobar en général et dans celui de la lyrique médiévale en particulier, une place à la fois originale et conforme à la tradition.

Par l’époque dans laquelle ils s’inscrivent, celle des grands troubadours classiques, par leur prédilection pour la canso, le genre poétique roi, et par la thématique amoureuse qu’ils développent au sein de leurs œuvres, ces chantres de la fin’amor entrent de plain-pied dans le cadre de l’orthodoxie courtoise. Ils furent, pour d’évidentes raisons de voisinage avec le Languedoc, les premiers poètes catalans à être influencés par la production littéraire occitane.

img410

Adeptes d’une expression simple et claire, les troubadours du Roussillon sont à même de jouer le rôle d’initiateurs à la lyrique courtoise méridionale.

Ils méritaient sans doute que le grand public les découvre à travers cette conférence en images proposée à Carcassonne ce 28 février par Michel Adroher, maître de conférence en langue et littérature du Moyen Age à l’Université Via Dominitia de Perpignan.


L’AEC / René Nelli a le plaisir de vous inviter à assister à ses deux prochaines conférences.

29 octobre 2014

Samedi 29 novembre 2014, Auditorium de la chapelle des Jésuites , 14 h 30, entrée libre

h-norbertus-van-premontre_hendrik-causc3a9_grimbergen1Hérésies médiévales en Flandre et dans les Pays-Bas au début du XIIe siècle. L’hérétique Tanchelm ou Tanchelin, un proto-cathare ?

Une conférence de Michel Gybels, administrateur de l’AEC / René Nelli

Tanchelin, Tanchelm ou encore Tanchelin d’Anvers est un moine réformateur religieux, un prophète « communaliste » du début du XIIe siècle, connu surtout pour son antisacerdotalisme. Selon certaines sources il aurait fait partie de l’entourage du comte Robert II de Flandre (Robert de Jérusalem), dont il est peut-être officier ou notaire qui avait suivi le duc Godefroy de Bouillon en Croisade en Palestine (1096-1099). Tanchelin commence à prêcher en Hollande, en Zélande, en Flandre et en Brabant dès 1110. Ses critiques sont dirigées contre l’Église catholique romaine. Il prône l’agrandissement de l’évêché de Thérouanne jusqu’à Utrecht, prêche le refus de payer la dîme et nie la validité des sacrements délivrés par les prêtres indignes. Il opère aussi la distinction entre l’Église des simples – dont il se prétend le représentant au nom de l’Esprit qu’il dit incarner – à l’Église des clercs. Il s’oppose aux fastes et aux richesses inutiles de l’Église qu’il qualifie de bordel et vante les mérites de la vie apostolique, pour lui synonyme de pauvreté. Enfin, il favorise les mariages librement consentis par les époux. Il tire parti d’un conflit d’intérêt entre le comte et l’archevêché d’Utrecht afin de soulever le peuple anversois contre son clergé corrompu. Il dirige Anvers au nom de Dieu, s’entoure d’une garde armée et à sa dévotion il multiplie les sermons dans une ambiance d’hystérie. Emprisonné à Cologne en 1113-1114, il est libéré malgré les protestations des chanoines d’Utrecht.Finalement, il est assassiné en 1115 par un prêtre catholique alors qu’il traverse l’estuaire de l’Escaut à Vlissingen en Zélande. Toutefois ses adeptes conservent le pouvoir dans la ville d’Anvers.

Samedi 06 décembre 2014, Auditorium de la chapelle des Jésuites, 14 h 30, entrée libre

Le crépuscule d’une vicomté : l’histoire méconnue du Fenolhedès dernier foyer de la résistance à la croisade contre les Albigeois.

Une conférence de Rodrigue Tréton, docteur en Histoire médiévale.

Fenouillet & bugarach by bardou

Le castrum de Fenouillet et le pic de Bugarach.  © Photo Franc Bardou.

 

L’historiographie de la croisade contre les Albigeois et de l’annexion du Languedoc méditerranéen au royaume de France entérinée par le traité de Corbeil en 1258 a bien souvent passé sous silence la question de l’ancien pays de Fenolhedès. Pourtant, ce territoire pyrénéen, devenu vicomté aux alentours de l’an mil, a été le dernier véritable foyer de la résistance militaire face à l’Eglise et au pouvoir des Capétiens. Ce n’est en effet que onze ans après la prise de Montségur que Xatbert de Barbaira rendit les armes à Quéribus en 1255.

Quéribus by bardou

Le château de Quéribus et le Fenolhedès. ©Photo Franc Bardou.

En s’appuyant sur le résultat d’une longue enquête personnelle menée dans les archives de France et d’Espagne, le conférencier s’attachera à présenter l’originalité de la situation géopolitique du Fenolhedès et les motivations de ses derniers vicomtes tout en déroulant le fil des principaux événements qui aboutirent à la suppression définitive de la vicomté en 1262.


Le manuscrit du roman de Flamenca exposé tout le mois de janvier à Carcassonne.

7 janvier 2014

16-63dcb3105aDepuis le 2 janvier et jusqu’à la fin du mois, la Bibliothèque d’agglomération de Carcassonne accueille dans les locaux de la médiathèque Grain d’Sel, l’exposition itinérante du CIRDÒC : Flamenca, cap d’òbra occitan del sègle XIII / Flamenca chef-d’oeuvre occitan du XIIIe siècle.

« L’oeuvre la plus impie du Moyen Age ». René Nelli. L’érotique des troubadours, 1963.

Le public pourra ainsi redécouvrir ce manuscrit du XIIIe siècle conservé par la bibliothèque d’agglomération, accompagné des trois kakémonos de l’exposition itinérante réalisée en 2013 par le CIRDÒC. Il pourra également accéder à une borne tactile lui permettant de feuilleter ce roman médiéval relatant les amours interdites de la dòna Flamenca (la flamboyante) et du chevalier Guilhem de Nevers.

Intéressant dossier documentaire consultable en ligne ici:
http://occitanica.eu/omeka/items/show/3169

Horaires de la médiathèque de Carcassonne:

http://catalogue.carcassonne-agglo.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=38&Itemid=29


L’AEC / René Nelli vous invite à découvrir le Montségur des cathares en 3D.

5 janvier 2014

photo BPremier rendez-vous exceptionnel de l’année pour l’AEC / René Nelli.

Samedi 11 janvier 2014 à Carcassonne, auditorium des Jésuites, rue des Etudes, à 14 h 30 : Présentation du film de Tristan Bergerot « Montségur de l’envol à la chute ».

En présence du réalisateur et de Fabrice Chambon, historien et guide-conférencier du site de Montségur.

Tourné entre l’automne et le printemps 2012-2013, ce film documentaire, également sorti en DVD, évoque la période de l’occupation cathare au sommet du pog. Afin de l’illustrer cinq intervenants (André Czeski, Fabrice Chambon, Claude Marsol, Olivier de Robert et Tristan Bergerot) nous amènent sur les pentes du pog à la rencontre des habitants de ce village au destin exceptionnel; ils racontent à tour de rôle son histoire entre 1204 et 1244. Le tout est illustré par des propositions de restitutions inédites en 3D basée sur les témoignages historiques et archéologiques.

Diffusé en avant-première, début juillet 2013 à Montségur, ce film de 59 min a déjà rencontré en Ariège un franc succès.
Après une première présentation à Toulouse à la fin de l’année dernière, l’AEC tenait à le présenter aussi au public audois et carcassonnais.

Promotion DVDMontségur. De l’envol à la chute. Un film de Tristan Bergerot.
Une production Esprit cathare / Forum des arts et civilisations.
Durée: 59 min. Langue: Français. Audio : Stéréo. Format: 2.35 (compatible 16/9).

Renseignements ici:
http://www.espritcathare.org/#!film/c23bc


Imbert de Salles, le héros du roman de Bernard Mahoux, est le seul défenseur de Montségur à être honoré par une stèle.

6 décembre 2013
Stèle de Salles-sur-Cérou.

Stèle de Salles-sur-Cérou. © Ch. Peytavie.

Le saviez-vous ?

Imbert de Salles, le personnage historique que l’écrivain Bernard Mahoux nous propose de découvrir  samedi 07 décembre 2013 à 14 h 30 à Carcassonne, au cours d’une conférence à l’auditorium des Jésuites, rue des Etudes, est le seul défenseur de Montségur à être immortalisé sous la forme d’une stèle.
Le monument de Salles-sur-Cérou a été inauguré en 2009.Avant lui, aucun défenseur du castrum de Montségur au cours du grand siège de 1243-1244 n’avait encore eu droit à pareil hommage public. Mais au cours du troisième festival de la « Pierre de Salles » organisé par l’association Lou Passadou, les 1er et 2 mai 2009, Salles-sur-Cérou, un très beau village médiéval près de Cordes, a honoré la mémoire de cet enfant du pays sous la forme d’une stèle posée sur le mur de l’église du village.
Elle est l’oeuvre d’une équipe de tailleurs et sculpteurs composée de Pascal Waringo, Andrew Scott, Pascal Gaud, Josin Xifra, Patrick et Karine Sygenda. Le croquis et les mesures ont été effectués à partir du nombre d’or par Michel Delcausse, imagier à Cordes.


Samedi 07 décembre 2014, l’AEC / René Nelli vous invite à la présentation du livre de Bernard Mahoux, Le dernier défenseur de Montségur.

30 novembre 2013

Conférence et dédicace.
img812Samedi 07 décembre à 14 h 30, Auditorium des Jésuites, rue des études, l’AEC / René Nelli vous invite à assister à la présentation du dernier livre de Bernard Mahoux, Le dernier défenseur de Montségur, récemment paru aux éditions TDO.
Cette présentation sous forme de conférence sera suivie d’une discussion avec Charles Peytavie, historien du catharisme et d’une séance de dédicaces.

http://www.tdo-editions.fr/home/146-livre-historique-le-dernier-defenseur-de-montsegur.html

Le roman est consacré à la vie du sergent Imbert de Salles, l’un des derniers défenseurs du château de Montségur.

Fils du châtelain de Salles-sur-Cérou près de Cordes, cadet sans fortune pris dans la sale guerre déclenchée par la croisade contre les albigeois qui oppose l’Église de Rome à l’Église cathare, le jeune Imbert n’a d’autre choix que d’exercer le métier de moine ou celui de soldat. Il est de toutes les rebellions et, une fois la paix signée par le comte de Toulouse, il s’emploie à escorter les bannis, Bons Hommes, Bonnes Dames, faidits et tous ceux qui fuient la terrible Inquisition.
Il se trouve à Montségur quand le sénéchal de Carcassonne, bien décidé à en finir avec les hérétiques, vient assiéger la cité Sainte. Là, il tombe éperdument amoureux de Bernarda, l’une des filles du seigneur de Lavelanet, réfugiée elle aussi sur le pog, et veut l’épouser. Hélas, le père de la jeune fille, hérétique jusqu’à l’os, ne veut rien entendre de tel. Il a le projet d’en faire une Parfaite… Mais Imbert n’est pas homme à renoncer. On ne renonce pas quand on est amoureux d’un ange !
L’histoire d’Imbert, tour à tour moine, soldat, et qui se montrera rusé pour échapper à l’Inquisition, nous entraîne dans un tourbillon d’aventures palpitantes.


Alet et son abbaye au temps des cathares. L’AEC vous invite à sa nouvelle journée découverte à Alet-les-Bains le samedi 4 mai 2013.

18 avril 2013

L’AEC / René Nelli vous invite à sa deuxième journée découverte le samedi 04 mai 2013 à Alet-les-Bains (Aude).

Cette journée, mise en place par nos bénévoles et en particulier Marie-Thérèze Delaprez avec le concours de Renaud Hertz, est organisée avec le soutien de la municipalité d’Alet-les-Bains et son représentant M. Jean-Jacques Hortoul.

Au programme de cette journée, nous avons prévu une visite commentée du village, de l’église paroissiale Saint-André (sous la conduite de Jean Ribes) et de l’abbaye Notre-Dame. En matinée, l’historien médiéviste Charles Peytavie nous présentera une conférence inédite intitulée: Alet et son abbaye au temps des cathares et de la Croisade albigeoise.

L’histoire d’Alet, au tournant des XIIe et XIIIe siècles, ne se limite pas, seulement, à celle de sa prestigieuse abbaye. A la veille de la Croisade, le développement du bourg est au cœur de la stratégie des Trencavel, vicomtes de Carcassonne, visant à asseoir plus fortement leur pouvoir en Razès. L’essor d’Alet attire de nouvelles populations et avec elles leurs idées et croyances nouvelles, jugées hérétiques par l’Eglise. Deux communautés religieuses y prennent de plus en plus d’importance: la communauté juive et la communauté des croyants cathares. Mais avec la Croisade et l’intervention de la Couronne capétienne, l’esprit de tolérance dont font coutume les moines bénédictins et les familles seigneuriales locales deviendra rapidement suspect. Les moines et toute la population d’Alet sont la cible des légats du pape et des inquisiteurs. Un temps exilés et accusés d’hérésie, les bénédictins devront tout mettre en œuvre pour récupérer leur abbaye. Quant aux Alétois, malgré l’acharnement des inquisiteurs, ils feront tout pour maintenir leurs droits et poursuivre l’expansion de leur localité.

Nous terminerons la journée par la visite de la chapelle romane du hameau de Saint-Salvayre.

Vous pouvez consulter et télécharger le programme et le bulletin d’inscription de cette journée  en cliquant sur le lien ci-dessous:

Programme de la Journée Découverte de l’AEC à Alet samedi 4 mai 2013