Samedi 23 juin 2012.La 4e journée René Nelli au château de Bouisse. L’héritage cathare de René Nelli. Avec Michel Roquebert, Francesco Zambon, Patrick Courault, Charles Peytavie et Franc Bardou.

1 juin 2012

Un rendez-vous annuel dédié à la mémoire de l’historien et poète René Nelli à Bouisse (Aude), au coeur des Corbières

La 4e journée René Nelli aura lieu dans les Corbières au château de Bouisse (Aude) le samedi 23 juin 2012.  Le thème choisi par les organisateurs cette année : l’héritage cathare de René Nelli.

Voici le programme de la journée :

09 h 30 : Rendez-vous à la mairie de Bouisse.

Accueil par Philippe Ramon, président de l’AEC / René Nelli, par Francis Baron, maire de Bouisse et Hervé Baro, conseiller général et président de la communauté de communes du Massif de Mouthoumet.

10 h : Au château de Bouisse

René Nelli était-il un “cathare” ? Par Franc Bardou, écrivain occitan, rédacteur en chef de la revue Gai Saber et auteur d’une thèse sur l’élan poétique occitan de René Nelli. Comment la pensée spirituelle de René Nelli s’est nourrie aux sources du catharisme mais aussi des gnoses antiques, de l’alchimie ou de la Kabbale, pour élaborer une spiritualité tout à fait originale.

Franc Bardou, Michel Roquebert et Charles Peytavie lors des Rencontres de Serres en juillet 2011.

1959. René Nelli publie les Ecritures cathares, la première traduction des textes cathares à l’usage du grand public. Par Charles Peytavie, historien médiéviste, spécialiste du catharisme. Retour sur la publication d’un livre décisif dans la connaissance des cathares européens.

Un photographe sur les traces des cathares et des bogomiles. Rencontre avec le photographe normand Patrick Courault, membre de l’AEC/ René Nelli, auteur d’une douzaine de livres préfacés par l’historienne Régine Pernoud, les écrivains Didier Decoin et Frédéric Lasaygues… Depuis plusieurs années, Patrick Courault parcourt l’Europe et notamment les Balkans, sur les traces des cathares et des bogomiles. Il vient nous présenter quelques uns de ses plus beaux clichés et partager les belles rencontres qu’il a pu faire avec tous ceux qui loin du Midi de la France conservent aussi la mémoire des dissidents des XIIe et XIIIe siècles.

12 h 30 : Repas, salle de l’ancienne école du village.

15 h 00 : Au château de Bouisse

L’historien italien Francesco Zambon.

– Des troubadours aux cathares. René Nelli et la philosophie du catharisme. Rencontre avec Michel Roquebert, historien du catharisme et Francesco Zambon, spécialiste du catharisme et des troubadours, professeur de philologie romane à l’Université de Trente. Au programme de cette rencontre, le dualisme cathare vu par René Nelli, ses thèses sur le rapport entre la poésie des troubadours et le catharisme, la place de ses écrits sur le catharisme dans les études consacrées à cette dissidence au XXe siècle, etc…

Retrouvez le programme et le bulletin d’inscription en fichier pdf en cliquant ci-dessous:

4e journée René Nelli 2012 : programme et bulletin d’inscription

Cette journée est organisée à l’initiative de l’AEC / René Nelli, en collaboration avec la communauté de communes du Massif de Mouthoumet, la commune de Bouisse, l’Association «Les bons vivants» de Bouisse et Philippe et Elisabeth Ramon.

Guilhem Bélibaste, le dernier Bon homme occitan, mort sur le bûcher à Villerouge-Termenès en 1321

13 novembre 2011

L’AEC/ René Nelli vous invite à la conférence de Gauthier Langlois, le samedi 26 novembre 2011, à Carcassonne, dans les locaux de la SESA, au 89 rue de Verdun, à 16 h 30 :

Guilhem Bélibaste, le dernier Bon homme occitan.

Entrée libre et gratuite en fonction des places disponibles.

Villerouge-Termenès. © Franc Bardou.

Né vers 1280, à Cubières, un village des hautes Corbières, en Razès,  une terre de l’archevêque de Narbonne, Guilhem Bélibaste est berger, fils d’une famille de paysans aisés et de croyants cathares. Ses frères accompagnent fréquemment les Bons hommes dans leurs prédications. Sa vie bascule quand il tue, au cours d’une rixe, vers 1305, un certain Barthélemy Garnier, un berger de Villerouge-Termenès, autre domaine de l’archevêque de Narbonne. Garnier aurait menacé de dénoncer Guilhem et son frère Bernard à l’Inquisition. En cavale, les frères Bélibaste rejoignent les réseaux de l’Eglise cathare clandestine. Ainsi commencent les dernières années de celui qui fut le dernier Bon homme occitan connu, mort sur le bûcher sans renier sa foi au cours de l’automne 1321.

Bugarach depuis le Haut Razès. © Franc Bardou.

En 1995, Gauthier Langlois fut le premier a éclaircir les circonstances du meurtre de Barthémémy Garnier à l’origine de la vocation de Guilhem Bélibaste. A partir de documents inédits retrouvés dans les Archives des Archevêques de Narbonne, il a pu apporter de précieuses précisions au sujet de la famille de Guilhem Bélibaste et sur le parcours de celui qui fut le dernier animateur des communautés cathares occitanes. Des montagnes des Corbières aux vallées du Fenouillèdes jusqu’au coeur du royaume de Valence, il vous propose de mettre vos pas dans ceux du dernier dignitaire de l’Eglise cathare victime de l’Inquisition méridionale.


Société médiévale et catharisme dans la contrée de Durban-Corbières. Une conférence de Thomas Charpentier.

8 août 2011

Le château de Durban-Corbières.

Le Comité de sauvegarde du Vieux Durban vous convie à une soirée-conférence le mercredi 10 août à 18 h 30 sur le parvis de la Chapelle de Durban-Corbières.

Thomas Charpentier, archéologue et spécialiste d’histoire médiévale, sous le titre « Société médiévale et catharisme en Languedoc » situera le château de Durban dans le contexte qui l’a vu construire et se développer et reviendra sur quelques épisodes importants de l’histoire de la famille des seigneurs de Durban aux XIIe et XIIIe siècles.

Cette conférence-débat sera suivie d’un apéritif et d’un repas convivial (assiette occitane et dessert du cru). Participation au repas : 7 euros.


Une conférence sur une page oubliée de l’histoire des Corbières au Moyen Age

2 août 2011

Chasse à l'ours dans les Pyrénées. Livre de chasse de Gaston Phébus, 1387-1389. Enluminures du début du XVe siècle.

La chasse à l’ours dans les Corbières et les Pyrénées au Moyen Âge

L’ours déchaîne les passions. En témoigne le conflit récurrent entre ceux qui veulent sauver de la disparition l’un derniers fauves européens dans son milieu naturel pyrénéen et ceux qui voient en lui surtout un prédateur des troupeaux. Au début du Moyen Âge l’ours est encore abondant, présent dans presque toute l’Europe et la Méditerranée. Au XIIIe siècle on le chasse encore dans les Corbières tout près de Carcassonne ou de Narbonne. Comment est-il perçu par les hommes de cette époque ? Est-ce le roi des animaux, un gibier de choix, un animal diabolique ou un simple prédateur ? Pourquoi disparaît-il pour ne subsister que dans les Pyrénées et quelques autres massifs ? C’est à ces questions que Gauthier Langlois tentera de répondre à partir de ses recherches.

Gauthier Langlois est professeur d’histoire-géographie à Carcassonne, historien et archéologue. Spécialiste d’histoire médiévale et d’histoire des techniques collaborant à plusieurs magazines grand public et revues spécialisées, il a publié divers ouvrages notamment une biographie du chevalier Olivier de Termes et une bande dessinée racontant l’histoire de l’Aude. Il a collaboré à plusieurs ouvrages collectifs dont ceux de la collection Vilatge al pais sur les cantons de l’Aude. Il va publier une étude sur la légende de dame Carcas.

Cette conférence diaporama aura lieu mardi 9 août 2011 à Quillan, salle de la Cigale, à 21 heures. Entrée gratuite.


3e journée René Nelli. Un beau moment de convivialité.

1 août 2011

Le village et le château de Bouisse. © Franc Bardou

La 3e journée René Nelli n’aurait pas été un succès sans le concours de tous les bénévoles de l’Association « Les bons vivants »  de Bouisse et l’excellent repas qu’ils nous ont servi au déjeuner. Leur efficacité et leur célérité dans le service n’a échappé à personne. Par ailleurs ce beau moment de convivialité n’aurait pas été possible sans l’aide de la commune de Bouisse et des éleveurs du village – leur agneau du Milobre était succulent- , de la cave coopérative de Talairan et de la ferme Les Chamoises à Lairière. C’est aussi la vocation d’un telle journée de faire découvrir à tous ceux qui se joignent à nous et venant parfois de très loin  les produits du terroir du Pays Cathare, des Corbières et du canton de Mouthoumet. Merci à tous.

Ce diaporama nécessite JavaScript.