La vie quotidienne à Durban et dans les châteaux des Corbières au Moyen Âge. Une conférence de Gauthier Langlois.

4 octobre 2012

Située à une demi-heure de Narbonne ou de Perpignan, la commune de Durban-Corbières possède un riche patrimoine plutôt méconnu. Je vous propose de vous faire connaître l’histoire du château de Durban et la vie quotidienne de ses habitants au Moyen Âge dans une conférence qui se tiendra le 19 octobre 2012 à 18 h 30 au foyer municipal.

Cette conférence est organisée par le Comité de Sauvegarde du Vieux Durban. Elle est accessible à tout public. Les enfants seront les bienvenus et pourrons y participer de manière ludique.

Empreinte en cire du sceau de Vésiade de Durban, vers 1300. Cliché : Comité de sauvegarde du vieux Durban

Durban au Moyen Âge

Le château de Durban.© Charles Peytavie.

Durban est situé dans un espace densément peuplé et christianisé dès l’Antiquité. En témoigne la présence de nombreux lieux de cultes anciens, autrefois associés à des habitats. Au début Moyen Âge c’est le chef-lieu d’une petite baronnie des Corbières, vassale des vicomtes de Narbonne. Le premier seigneur connu, Guilhem Ebrin, prête serment de fidélité pour les châteaux de Durban et Saint-Martin au vicomte de Narbonne vers 1020. Mais ses descendants de ne vont pas toujours respecter cette fidélité. En 1058 ils accueillent l’archevêque de Narbonne en conflit avec son archidiacre et le vicomte. À cette occasion l’église de Durban est érigée en cathédrale et accueille les reliques des saints Just et Pasteur. Dans la première moitié du XIIe siècle, Guilhem de Durban en conflit avec Narbonne devient un fidèle des Trencavel, vicomtes de Carcassonne. Ces derniers le récompensent par l’attribution de plusieurs fiefs. Au début du XIIIe siècle les seigneurs de Durban nouent des alliances avec plusieurs familles hérétiques, dont les Cabaret. Pourtant ils ne sont pas inquiétés pendant la croisade des Albigeois. Et à la fin du XIIIe siècle ils reconstruisent leur château pour lui donner la forme d’un vaste palais urbain. Leurs descendants restent seigneurs de Durban et propriétaires du château jusqu’au XVIIIe siècle.

Plus de renseignements sur le site personnel de Gauthier Langlois : http://paratge.wordpress.com/2012/10/03/la-vie-quotidienne-a-durban-et-dans-les-chateaux-des-corbieres-au-moyen-age/


Prochaine journée découverte de l’AEC, samedi 27 octobre 2012 à Palairac, au coeur des Corbières.

3 octobre 2012

Le village de Palairac vu depuis le castrum médiéval.

Les cathares, la croisade albigeoise et l’argent de la guerre.

Samedi 27 octobre 2012, l’AEC/ René Nelli organise sa prochaine journée découverte à Palairac, au coeur des Corbières. Nous l’avons baptisée : Les cathares, la croisade albigeoise et l’argent de la guerre. Cette journée, conçue par notre ami Gauthier Langlois, est proposée en collaboration avec la commune de Palairac et l’association Mines en Corbières.

A cette occasion, nous vous proposons une visite exceptionnelle du castrum de Palairac et de deux mines, parmi les plus importantes des Corbières, la mine de la Canal et la mine de la Caune des Causses.

Palairac est au cœur du district minier des Hautes-Corbières exploité de l’Antiquité au milieu du XXe siècle. Au Moyen Âge le village est le centre de la seigneurie minière du Termenès. Ses mines de fer alimentent des forges pour la production d’outils et d’armes.

Décoration armoriée provenant du castrum de Palairac. XIIIe siècle.

Ses mines d’argent alimentent les ateliers monétaires de la région. Ils constituent l’une des bases de la puissance des seigneurs deTermes, vassaux des Trencavel qui réinvestissent les revenus miniers dans la construction de castra comme celui de Palairac. En conflit pour la possession de ces mines avec l’abbaye de Lagrasse et l’archevêque de Narbonne, les seigneurs de Termes rejettent l’autorité de l’Église catholique et adhèrent à l’hérésie cathare. Les croisés qui leur succèdent, Alain de Roucy et Simon de Montfort, reprennent à leur profit ce conflit. Nous visiterons quatre sites contemporains de ces évènements : l’église romane Saint-Saturnin et son riche décor baroque, le castrum ruiné qui domine le village actuel, la mine de fer de la Caune des Causses et la galerie de la Canal qui conduisait à la plus riche mine d’argent des Corbières.

Voici le programme détaillé de cette journée:

9 h 30 : Accueil à l’Église Saint-Saturnin de Palairac par Philippe Ramon, président de l’AEC / René Nelli, et Michel Rzepecki, maire de Palairac, président de la l’association Mines en Corbières
Café, croissants offerts.

10 h : Visite conférence de l’église de Palairac par Michel Rzepecki et visite du village et du castrum de Palairac par Gauthier Langlois, historien médiéviste.

Entrée de la mine de la Canal.

11 h 30 : à l’Église, conférence de Charles Peytavie, historien médiéviste : Les cathares et l’argent. Quel était le rapport des Bons hommes à l’argent ? Quel argent ? Celui obtenu par le travail de leurs mains ou celui reçu en aumônes des fidèles? A quoi était destiné le “trésor” de leurs Eglises en temps de paix puis en temps de guerre et de clandestinité.
Autant de questions abordées lors de cette conférence inédite proposée à l’occasion de cette journée en Corbières.

12 h 30 : repas au foyer municipal.

La mine de la Caune des Causses.

14 h / 14 h 30 : départ vers les sites miniers de la Canal et de la Caune des Causses.

16 h / 17 h : Fin de la journée.

Important : les mines sont accessibles à tout public et ne présentent pas de difficultés physiques. Il faut cependant prévoir des bottes et des vêtements peu salissants pour la visite de la mine de la Canal. Casques et lampes seront fournis par les organisateurs mais vous pouvez aussi apporter les vôtres. Pour la visite du village et la mine de la Caune des Causses, il est recommandé de prévoir de bonnes chaussures type “randonnée”. L’accès à la mine de la Caune des Causses se fera par un chemin de 2,7 km soit avec la camionnette d’un des organisateurs, soit avec votre propre véhicule.

Retrouvez en cliquant ici le programme complet de la journée découverte de l’AEC à Palairac le samedi 27 octobre 2012.


Toujours en kiosque ce mois-ci, un numéro de la revue Archéothéma sur les châteaux en Pays cathare.

13 août 2012

La revue d’Histoire et d’Archéologie grand public Archéothéma propose cet été un numéro consacré aux cathares et aux châteaux du Pays cathares piloté par les historiens médiévistes Gauthier Langlois et Charles Peytavie. Ce numéro est disponible en kiosque ou sur commande sur le site de l’éditeur. N’hésitez pas à le demander auprès de votre buraliste ou libraire si vous ne le trouvez pas en présentation dans les rayons.

L’éditorial et la présentation du magazine est à lire sur le site d’Archéothéma: http://www.archeothema.com/numero/les-chateaux-en-pays-cathare.htm.

Au sommaire de ce dossier, auquel l’AEC / René Nelli est étroitement associée (merci au passage à l’éditeur d’avoir publié une présentation substantielle de notre association), présente une série d’articles proposant de renouveler le regard porté sur les châteaux du Pays cathare à travers les recherches historiques et archéologiques les plus récentes:

Gauthier Langlois. L’affirmation de la seigneurie castrale dans le Midi au temps du catharisme.

Marie-Elise Gardel. Le site rupestre du Baux de Moussoulens.

Charles Peytavie. La société du Paratge.

Charles Peytavie. Cathares ou Albigeois. Vie et mort des Eglises dissidentes du Midi de la France.

Guilhem Baro et Hannes Ceulemans. Termes, de la résidence seigneuriale à la forteresse royale (Xe-XIVe siècle).

Gauthier Langlois. Le Pays cathares. Les mines et les castra.

Thomas Charpentier. Fenouillet. Un centre de pouvoir vicomtal antérieur au XIIIe siècle.

Charles Peytavie. La guerre de siège au cours de la Croisade albigeoise.

Gauthier Langlois. Termes, un siège exemplaire.

Gauthier Langlois. « La rébellion contre le roi » Le siège de la Cité de Carcassonne (1240).

Charles Peytavie. Retrouver Montségur. L’invention archéologique d’un haut lieu.

Charles Peytavie. Les forteresses du Lys et de la foi. Le grand oeuvre de saint Louis.

Dominique Baudreu. Les villages neufs de l’après Croisade albigeoise.

Gauthier Langlois. Qui sont les véritables constructeurs des forteresses royales ?

Gauthier Langlois. Du vicomte au sénéchal. Le château de Carcassonne avant et après la Croisade albigeoise.

Léna Hessing. Les archevêques de Narbonne, bâtisseurs et mécènes d’avant-garde.

A noter que plusieurs photographies de ce dossier sont l’oeuvre de notre ami photographe Patrick Courault et que vous pourrez découvrir pour la première fois les images du château de Montségur en 3D, tel qu’il était au XVIIe siècle, dues à Tristant Bergerot (http://www.espritcathare.org/) et à l’équipe du Musée de Montségur.


Les cathares en kiosque cette semaine dans le magazine L’Express.

13 août 2012

Le magazine L’express de cette semaine (n° 3188, semaine du 8 au 14 août, p. 72-83) propose un excellent dossier sur les cathares et les châteaux du Pays cathare.

A lire sous la plume très agréable de la journaliste Julie Chaizemartin un bel article sur le châteaux du Pays cathare et des éclairages particuliers sur les sites de Carcassonne, Lastours, Arque, Serres, Roquefort, Puivert ou Montségur.

On retrouve dans ce dossier les interventions de nombreux spécialistes ou propriétaires de sites : Michel Roquebert, Anne Brenon, Gauthier Langlois et Charles Peytavie ; Fabrice Chambon, guide de Montségur ; Jean-Louis Gasc, guide au château comtal de Carcassonne ; Arnaud Mignard, propriétaire du château de Puivert ; Michèle Deschamps, propriétaire du château de Serres ; Pierre Clément, propriétaire du château de Roquefort.


Deux conférences à ne pas manquer sur la vie quotidienne dans les Corbières au Moyen Age.

2 juillet 2012

L’été est là et avec lui, dès le début du mois de juillet, de nombreux rendez-vous consacrés à l’histoire du catharisme ou à la société médiévale méridionale. L’AEC / René Nelli vous recommande dès aujourd’hui deux conférences de Gauthier Langlois sur la société médiévale méridionale:

– Le lundi  2 juillet à 21 heures à Tuchan (Aude), cour des écoles : La chasse à l’ours dans les Corbières et les Pyrénées au Moyen Âge. Gratuit. Conférence organisée par l’Association des Amis d’Aguilar.

Conférence de Gauthier Langlois, historien médiéviste, spécialiste de l’histoire médiévale des Corbières.

Chasse à l’ours. Chapiteau roman de Notre-Dame de la Daurade, Toulouse, vers 1140.

L’ours déchaîne les passions. En témoigne le conflit récurrent entre ceux qui veulent sauver de la disparition l’un derniers fauves européens dans son milieu naturel pyrénéen et ceux qui voient en lui surtout un prédateur des troupeaux. Au début du Moyen Âge l’ours est encore abondant, présent dans presque toute l’Europe et la Méditerranée. Au XIIIe siècle on le chasse dans toutes les Pyrénées mais aussi dans les Corbières tout près de Carcassonne ou de Narbonne. Comment est-il perçu par les hommes de cette époque ? Est-ce le roi des animaux, un gibier de choix, un animal diabolique ou un simple prédateur ? Pourquoi disparaît-il pour ne subsister que dans les Pyrénées et quelques autres massifs ? C’est à ces questions que Gauthier Langlois tentera de répondre à partir de ses recherches.

– Le mardi 3 juillet à 20 h 30 à Quillan (Aude), salle de la Cigale. La vie quotidienne dans les châteaux des Corbières au XIIIe siècle (conférence participative)

Conférence de Gauthier Langlois, historien médiéviste, spécialiste de l’histoire médiévale des Corbières.

Villerouge-Termenès. © Franc Bardou.

Qui vivait et comment vivait-on dans un château des Corbières au XIIIe siècle ? C’est ce qu’évoquera Gauthier Langlois dans une conférence où seront évoqués la vie des seigneurs, de l’archevêque de Narbonne dans ses châteaux de Quillan, Auriac et Villerouge, le public sera invité à participer de manière ludique pour faire revivre certaines scènes du passé.


La Société archéologique du Midi de la France recompense Gauthier Langlois pour son travail sur Dame Carcas.

19 mars 2012

Gauthier Langlois a reçu son prix des mains de Daniel Cazes, président de la Société archéologique du Midi de la France.© Charles Peytavie.

Hier, en fin d’après-midi, au cours de la séance solennelle de la Société archéologique du Midi de la France, à l’hôtel d’Assézat à Toulouse, notre ami Gauthier Langlois a reçu le prix spécial de cette prestigieuse société pour son travail d’enquête historique et ethnologique sur  la légende de Dame Carcas. Une petite délégation de notre association autour de son président Philippe Ramon était présente pour féliciter l’historien carcassonnais et souhaiter avec lui un édition prochaine de ce travail désormais remarqué par ses pairs bien au-delà des frontières audoises.


Gauthier Langlois, historien médiéviste, administrateur de l’AEC / Nelli, primé par la Société archéologique du Midi de la France

8 mars 2012

Dame Carcas. Première représentation connue, vers 1626.

Nous venons tout juste de l’apprendre. Notre ami et administrateur Gauthier Langlois, historien médiéviste, spécialiste de la Croisade albigeoise et de l’histoire médiévale méridionale, bien connu pour ses travaux sur la famille de Termes et l’histoire de l’exploitation minière dans les Corbières, vient de recevoir le prix spécial de la Société archéologique du Midi de la France pour son nouveau travail sur la légende de Dame Carcas :  » Dame Carcas. Une légende épique occitane« .

Gauthier Langlois. © Charles Peytavie.

La remise du  prix aura lieu lors de la prochaine séance publique de la Société à Toulouse, le dimanche18 mars prochain dans la grande salle de l’hôtel d’Assézat, à partir de 16 heures. A noter qu’après la remise des différents prix octroyés par la Société, il sera possible d’assister à une conférence sur les églises du Moyen Age dans le Lot proposée par  Nicolas Bru, Maurice Scèlles et Gilles Séraphin, auteurs du livre Archives de Pierre. Les églises du Moyen Age dans le Lot.

L’ensemble des membres de  l’AEC / René Nelli adresse ses félicitations à Gauthier Langlois et espère que son étude trouvera prochainement un éditeur.

Une partie de cette recherche innovante sur le mythe et la légende de Dame Carcas, qui dérive probablement selon Gauthier Langlois d’une chanson de geste médiévale aujourd’hui perdue écrite  au XIIe ou au XIIIe siècle destinée à appuyer la légitimité des Trencavel, vicomtes de Carcassonne, est à lire dans les deux derniers bulletins de la Société d’Etudes Scientifique de l’Aude: La légende de Dame Carcas. Les origines épiques. Bulletin de la Société d’Etudes Scientifique de l’Aude, tome CIX, 2009 et tome CX, 2010.


Guilhem Bélibaste, le dernier Bon homme occitan, mort sur le bûcher à Villerouge-Termenès en 1321

13 novembre 2011

L’AEC/ René Nelli vous invite à la conférence de Gauthier Langlois, le samedi 26 novembre 2011, à Carcassonne, dans les locaux de la SESA, au 89 rue de Verdun, à 16 h 30 :

Guilhem Bélibaste, le dernier Bon homme occitan.

Entrée libre et gratuite en fonction des places disponibles.

Villerouge-Termenès. © Franc Bardou.

Né vers 1280, à Cubières, un village des hautes Corbières, en Razès,  une terre de l’archevêque de Narbonne, Guilhem Bélibaste est berger, fils d’une famille de paysans aisés et de croyants cathares. Ses frères accompagnent fréquemment les Bons hommes dans leurs prédications. Sa vie bascule quand il tue, au cours d’une rixe, vers 1305, un certain Barthélemy Garnier, un berger de Villerouge-Termenès, autre domaine de l’archevêque de Narbonne. Garnier aurait menacé de dénoncer Guilhem et son frère Bernard à l’Inquisition. En cavale, les frères Bélibaste rejoignent les réseaux de l’Eglise cathare clandestine. Ainsi commencent les dernières années de celui qui fut le dernier Bon homme occitan connu, mort sur le bûcher sans renier sa foi au cours de l’automne 1321.

Bugarach depuis le Haut Razès. © Franc Bardou.

En 1995, Gauthier Langlois fut le premier a éclaircir les circonstances du meurtre de Barthémémy Garnier à l’origine de la vocation de Guilhem Bélibaste. A partir de documents inédits retrouvés dans les Archives des Archevêques de Narbonne, il a pu apporter de précieuses précisions au sujet de la famille de Guilhem Bélibaste et sur le parcours de celui qui fut le dernier animateur des communautés cathares occitanes. Des montagnes des Corbières aux vallées du Fenouillèdes jusqu’au coeur du royaume de Valence, il vous propose de mettre vos pas dans ceux du dernier dignitaire de l’Eglise cathare victime de l’Inquisition méridionale.