L’Arianisme en royaume Wisigoth à Toulouse

28 novembre 2019

Arius le premier créateur de buzz !

Théologien et prêtre d’Alexandrie, Arius, a une définition de la nature du Christ qui perturbe sérieusement les chrétiens d’il y a dix-sept siècles. Perturbation qui dépasse rapidement les lieux de prêche d’Arius pour embraser complètement le clergé alexandrin avant de diviser l’ensemble des églises d’Orient. Les empereurs romains eux-mêmes prendront position sur l’arianisme. Certains peuples germaniques adoptent la doctrine et la transmettent, des partis se créent, des conciles tentent de trancher… et aujourd’hui encore, on trouve trace de son influence sur notre histoire !

Arius n’était pas un génie ; seulement un rationaliste féru de logique aristotélicienne, austère et très obstiné. Son christianisme, arriva dans notre région bien avant d’être nommé hérésie.

Samedi 7 décembre 2019

notre invité, le conférencier André Bonnery dévoilera pour nous :

L’impact politique, social et religieux de l’Arianisme dans le royaume Wisigoth de Toulouse 

dès 14h30 à l’Auditorium de la chapelle des Jésuites de Carcassonne

Présentation de la Conférence

Venez nombreux !


Publication

26 septembre 2019

Saluons la parution d’un Hors-série du quotidien Le Monde  « Histoire et Civilisations » entièrement consacré à l’épopée cathare et intégralement rédigé par notre président d’honneur Michel Roquebert.

« Une fascination qui dure », tel est le parti-pris de l’éditorialiste et rédacteur en chef de ce hors-série. Qui mieux que Michel Roquebert pouvait retracer de façon concise, documentée et illustrée, quatre siècles de contestation anticléricale ?

Un document indispensable et accessible pour tous ceux qui recherchent une analyse sincère d’un phénomène religieux dont le souvenir reste singulièrement vivant.


Du nouveau !

8 juillet 2019

Souvenez_vous, de nouvelles rubriques sont à consulter sur le site :

Lectures critiques regroupe les textes commentant livres et articles de revues

Mélanges et documents contient des textes portant sur un sujet précis, qu’il soit d’ordre théologique ou purement historique

Bibliographies : au pluriel, car, en plus d’une bibliographie générale, il est intéressant de faire des bibliographies ciblées sur un thème précis, en commentant les ouvrages et les articles cités

Une contribution de Francesco Zambon vient d’être ajoutée à Mélanges et Documents…

Bonne lecture à tous


AVIGNONET ou la Chevauchée des Faidits

14 juin 2019

Ce 27 avril 2019, l’AEC organisait à l’auditorium de la chapelle des Jésuites de Carcassonne, une rencontre-conférence avec Lucien ARIES sur le sujet du massacre des inquisiteurs à Avignonet en 1242.

Bien au-delà des faits, le président de l’A.R.B.R.E nous entrainait dans une analyse passionnante, tant du contexte qui les avait déclenchés que des graves conséquences en ayant découlé.

Le regard pétillant et le verbe aisé, Lucien Ariès a offert au public présent une conférence de grande qualité, un voyage dans le temps de quelques 777 ans dont l’AEC le remercie sincèrement.

À l’intention de ceux qui n’ont pu y assister ou souhaitent vérifier leurs notes, un document de résumé :

La chevauchée des faidits

a été rédigé par trois administratrices de l’AEC. Il est accessible ici ou via la rubrique Etudes & articles du site.


Les Vaudois

2 novembre 2019

Force est de constater, même si c’est bien regrettable que le terme  «vaudois» n’évoque pour certains que l’appartenance à un canton suisse, pour d’autres une appellation de substitution à « cathare ».

Forts d’un idéal évangélique sans concession les disciples de Valdès (ou Vaudès qui a initié ce mouvement à la fin du XIIème siècle) ont porté cette dissidence au fil de plusieurs siècles. Parmi les points communs avec les cathares (qu’ils ne sont pas) ils appliquent l’Évangile à la lettre, prêchent, subissent l’inquisition et sont très organisés.

L’AEC convie ce samedi, Gabriel Audisio à nous faire découvrir cette dissidence à la longévité exceptionnelle. L’histoire des « Pauvres de Lyon » vous sera contée par ce professeur émérite dès 14h30 à l’Auditorium de la chapelle des Jésuites de Carcassonne

Samedi 9 Novembre 2019

 Présentation de la Conférence

Venez nombreux !


Relais

15 octobre 2019

Une actualité hors de l’AEC qui peut aussi vous intéresser :

Concert en hommage à la Retirada et aux peuples en exil. Le 26/10 à 18h à la Colonie Espagnole de Béziers.En savoir plus

L’agenda de la Maison du Banquet Cliquez ici


Souvenir, Souvenirs

26 septembre 2019

Fugaces ou copieusement étayés, ils jalonnent les trajets fantasques de la mémoire pour créer l’histoire ; celle de tous les jours comme celle qu’on écrit avec une majuscule !

Passionné par l’Histoire et les minorités religieuses,  Michel Jas nous parlera samedi 12 octobre de ces traces Cathares, de la vaillance de ces souvenirs traversant les siècles parmi des tourbillons de contrariété  … voila qui promet d’être passionnant !

C’est à 14h30, à CARCASSONNE – Auditorium de la chapelle des Jésuites, rue des études

Présentation de la conférence


11e Journée René Nelli : Bouisse 2019

8 juillet 2019

Ce 29 juin, le château de Bouisse accueillait pour la onzième fois la journée René Nelli à Bouisse, organisée par l’Association d’études du Catharisme / René Nelli qui posait cette année une question sulfureuse : « Le catharisme est-il une réalité, une invention ou un mythe construit ? ».

À l’invitation de Philippe Ramon, neveu de René Nelli, héritier du château de Bouisse et président de l’AEC, la soixantaine de participants fut accueillie dès le matin par Hervé Baro, premier vice-président du conseil départemental de l’Aude et par André Delfour, 1er adjoint au maire de Bouisse, tous deux très attachés à l’identité occitane et à l’histoire locale. Hervé Baro eut à cœur de mentionner dans son discours d’introduction à la journée que le slogan emblématique « Aude, pays cathare » serait sciemment maintenu en vigueur et même développé avec des applications informatiques à télécharger. Il rappelait aussi que le département de l’Aude s’était engagé dans l’obtention d’une troisième inscription au patrimoine mondial de l’Unesco avec le projet des « Citadelles du vertige », fédérant autour de la Cité de Carcassonne les châteaux de Lastours, Aguilar, Quéribus, Peyrepertuse, Puilaurens, Termes et Montségur. Le département de l’Aude poursuit donc son attachement au catharisme en associant son territoire aux valeurs fortes du patrimoine.

La parole vint ensuite aux conférenciers. Philippe Martel, avec une fascinante mise en lumière des manipulations politiques dont furent l’objet, le catharisme et la croisade des Albigeois sans omettre l’instrumentalisation du souvenir cathare dans les débats idéologiques des deux derniers siècles. Michel Roquebert, historien et président d’honneur de l’AEC / René Nelli parle depuis quatorze ans de « déconstructionnisme » face aux études des historiens universitaires qui nient l’existence d’une religion cathare organisée au moyen-âge sur les terres des Comtes de Toulouse ; un résumé filmé de son intervention du 12 mars 2019 à Montpellier faisait prendre conscience de l’ampleur des bouleversements à attendre de ces nouvelles méthodes basées sur la négation, méthodes issues du champ de la philosophie (Jacques Derrida) et transposées abusivement à celui de l’Histoire. L’utilisation de ce concept peut entrainer bien au-delà des hérésies médiévales et du catharisme occitan. Charles Peytavie, historien médiéviste et spécialiste du catharisme, a remarquablement fixé le cadre de la controverse actuelle sur l’invention du catharisme avec un recensement minutieux et critique des principaux courants historiographiques. Franc Bardou, écrivain, poète occitan et spécialiste de l’œuvre de René Nelli concluait la matinée en présentant sa vision du catharisme de René Nelli : un christianisme de combat social.

Après le déjeuner aux conversations animées, l’assistance regagnait la fraicheur du château pour y entendre Annie Cazenave, historienne spécialiste de la pensée médiévale et ingénieur émérite au CNRS, parler de l’aveu : repentir, résignation ou calcul. Au travers de la procédure inquisitoriale, Annie Cazenave mettait l’accusé d’hérésie au centre de la réflexion, avec ses propres stratégies, et nous livrait un portrait social et humain, terriblement vivant et transgénérationnel.

Cette journée bien remplie et source de réflexions s’achevait par un spectacle poétique et musical. Les Baladins d’Icarie interprétaient « le chant des brulés », chanson de geste bilingue occitan-français, créée et interprétée par Elrik Fabre-Maigné. L’auteur a porté sa rêverie poétique au pied du château de Montségur où Corba de Péreille et plus de deux cents Parfaits cathares et croyants furent brûlés vifs le 16 mars 1244. Un moment hors du temps, sublimé par deux musiciens de grande valeur, Christophe Deslignes et Eva Fogelgesang, et par Pascale Respaud, récitante en occitan. Un moment fort, teinté d’émotion, devant la cheminée monumentale du château de Bouisse, concluant « parfaitement » cette journée d’exploration de nos racines les plus sensibles, voire chatouilleuses.

 

 

 

 


Mélanges et documents

8 juillet 2019

Lire  L’ascendance « hérétique » de Joseph de Villèle, ministre « ultra » de la Restauration    par Michel Roquebert  

Lire  L’entendensa del be    par Michel Roquebert : l’entendement du bien, savoir et lien spirituel   

Lire  L’évêque Foulque dans la « Chanson de la Croisade albigeoise »   par Francesco ZAMBON, professeur de philologie romane – Université de Trente, Italie