9e Journée René Nelli au château de Bouisse, samedi 24 juin 2017. Le programme définitif et le bulletin d’inscription.

2 juin 2017

9e Journée René Nelli, le samedi 24 juin 2017 au château de Bouisse au coeur des Corbières (Aude)
Les horizons méditerranéens du catharisme et du Trobar.

Avec Clélia Bergerot, Gérard Zuchetto
Charles Peytavie, Franc Bardou, Muriel
Batbie Castell et Lakhdar Hanou

Journée organisée par l’Association d’Etudes Cathares René Nelli en collaboration avec l’Association des Amis du Château de Bouisse, la commune de Bouisse et Philippe Ramon, propriétaire du château de Bouisse, avec le soutien de la communauté de communes Région Lézignanaise, Corbières et Minervois, le conseil départemental de l’Aude et les vignerons des Terroirs du vertige.

Télécharger en cliquant ici le Programme et bulletin d’inscription pour la 9e Journée René Nelli à Bouisse samedi 24 juin 2017

9 h 30 : Rendez-vous à la mairie de Bouisse.
Accueil par Annie Lambert, présidente de l’AEC / René Nelli, par Philippe Ramon, président des Amis du château de Bouisse, par Francis Baron, maire de Bouisse, par Hervé Baro vice-président du conseil départemental de l’Aude et par Michel Maïque, président de la Communauté de communes Région Lézignanaise, Corbières et Minervois
Café et viennoiseries.

10 h : Montée au château de Bouisse. 

10 h 15 : Les horizons méditerranéens de René Nelli.
Franc Bardou, écrivain et poète occitan, évoquera l’Homme Méditerranéen tel que l’ont imaginé René Nelli, Joë Bousquet et les Cahiers de Sud, entre 1942 et 1943, dans un magnifique effort dissident, durant une période si obscure de l’histoire européenne où un certain nord, délirant, prétendait à la toute-puissance. Contextualiser l’effort d’imagination permet en effet de mieux comprendre ces rêveries créatrices si fécondes.

 

10 h 45 : Les influences du Trobar sur la poésie méditerranéenne occidentale.
Gérard Zuchetto, spécialiste des troubadours, compositeur et directeur artistique de l’enregistrement de la totalité des chants sauvegardés de ces poètes lyriques, illustrera pour nous comment et combien les littératures italiennes et catalanes naissantes ont puisé à la poésie occitane médiévale, pour devenir ce qu’elles sont encore aujourd’hui. A cette occasion, il présentera au public la monumentale anthologie des troubadours, La TROBA, l‘invention lyrique occitane des troubadours, plus de 800 pages, qu’il vient d’éditer chez TrobaVox éditions. L’ouvrage, préfacé par Franc Bardou, présente 110 troubadours et plus de 300 chansons dans leur intégralité en occitan avec les traductions en français. Il propose aussi un lexique du Trobar et des réflexions personnelles de l’auteur sur la recréation et l’interprétation musicales aujourd’hui.

11 h 30 : Des jardins d’al-Andalus aux jardins d’Occitanie. Les liens entre la poésie andalouse et la lyrique des troubadours. Clélia Bergerot. Doctorante en Sciences du langage à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3.
La poésie des troubadours a marqué d’une empreinte toute particulière la production littéraire européenne. Le XIIe siècle « occitan » et « courtois » a vu émerger cette poésie lyrique dont la «muse » par excellence était la Dame. Or dans la poésie andalouse arabe – qui comprend aussi bien les poèmes de tradition classique orientale que la poésie strophique inventée au Xe siècle en Espagne musulmane – on constate un phénomène similaire.

L’amour est un sujet de prédilection et particulièrement l’amour en tant que soumission à l’être aimé. Mais les éléments d’analogie entre les deux lyriques sont bien plus nombreux, raison pour laquelle les idées de parenté et d’influence de la poésie arabe d’al Andalus sur celle des troubadours ont fait couler beaucoup d’encre. Notre intervention aura pour but de mettre en relief les points communs entre ces deux aires culturelles et leur expression poétique.

12 h 45 : Discussion, dédicaces.

13 h – 15 h : repas en commun. Apéritif offert par les vignerons des Terroirs du vertige (http://terroirsduvertige.com)

 

15 h : Les horizons méditerranéens du catharisme.

Charles Peytaviehistorien médiéviste, spécialiste du catharisme. A travers quelques exemples significatifs puisés dans l’historiographie la plus récente, nous nous proposons de porter un nouveau regard vers ces horizons méditerranéens du catharisme.

Depuis plus d’une décennie, les questions sur ce sujet se sont renouvelées sans que parfois le grand public en ait toujours eu conscience ou qu’on lui présente sincèrement l’ampleur réelle des interrogations qu’il suscite. Ce voyage au cœur de la démarche historienne nous mènera depuis l’Occitanie aux rivages de l’Italie et de la Sicile jusqu’au cœur de l’empire byzantin, dans les communautés chrétiennes latines de Constantinople.

 

15 h 45 – 17 h : Concert MiegterranaMéditerranéeFin’Amor. Chants d’amour méditerranéens.
Chant : Muriel Batbie Castell ; Oud (luth arabe) : Lakhdar Hanou.
A la fin du XIe siècle, apparaît dans le sud de l’Europe une merveilleuse poésie lyrique, celle des troubadours. La chanteuse Muriel Batbie Castell et le joueur de oud Lakhdar Hanou nous font découvrir ces poètes occitans et nous emmènent aussi en voyage autour du bassin méditerranéen (Catalogne, Castille, Portugal, Maghreb, Grèce, Italie) avec des mélodies envoûtantes, riches et libres d’improvisation.
http://www.muriel-batbie-castell.com/

 

 


Conférence sur la fin’amor à travers le Bréviaire d’Amour de Matfre Ermengaud à Béziers le 5 avril 2012.

23 mars 2012

Le jeudi 5 avril prochain à 15h, Peter T.Ricketts, spécialiste du Breviari d’Amor, donnera une conférence à Béziers dans l’amphithéâtre du Centre Universitaire Du-Guesclin sur le « Perilhos tractat de l’Amor de las dònas », les 7500 derniers vers de l’ouvrage. Gratuite et ouverte à tous, cette conférence viendra illustrer et compléter le travail fourni par P.T. Ricketts sur l’oeuvre de Matfre Ermengaud (1246-1322). Dans l’ouvrage qu’il vient tout juste de publier aux Presses Universitaires de Perpignan, Matfre Ermengaud (1246-1322) et le Breviari d’amor (15 euros), Peter T. Ricketts publie et traduit pour la première fois un extrait de ce « périlleux traité de l’amour des dames, selon qu’en ont traité les anciens troubadours dans leurs chansons » (les 657 premiers vers) dans lequel Matfre Ermengaud disserte autour de la nature de l’amour à partir des oeuvres de ses confrères et de ce que ressentent les amants. Cette conférence est une belle occasion de découvrir cette grande oeuvre didactique de la littérature occitane médiévale du XIIIe siècle dans l’attente de sa publication intégrale désormais annoncée comme imminente.


La Société archéologique de Lavaur propose une conférence de Peter Rickett sur le Breviari d’Amor de Matfre Ermengaud

9 mars 2012

Mercredi 21 mars 2012, la Société archéologique de Lavaur a le plaisir de vous inviter, salle de conférences de la médiathèque Guiraude de Laurac à Lavaur, à la conférence du professeur Peter T. Ricketts, professeur à l’université de Birmingham, docteur honoris causa de l’Université de Toulouse-Le Mirail :

Le Breviari d’Amor de Matfre Ermengaud :

une vision encyclopédique occitane au Moyen Age

Cette conférence est organisée à l’occasion de la sortie du nouveau livre de Peter Ricketts consacrée à ce trésor de la littérature médiévale, Matfre Ermengaud (1246-1322) et le Breviari d’Amor (Presses Universitaires de Perpignan, mars 2012). L’entrée de la conférence est libre et gratuite.

Peter Ricketts

Voici une présentation du Breviari d’Amor proposée par le professeur Ricketts à l’occasion de sa venue à Lavaur pour cette conférence, communiquée par la Société archéologique de Lavaur :

LE BREVIARI D’AMOR DE MATFRE ERMENGAUD DE BEZIERS

Le Breviari d’amor est bel et bien une œuvre encyclopédique, et, comme l’indique le titre, c’est l’amour qui a donné lieu à la création du monde. Cet amour se manifeste sous diverses formes, distinctes selon qu’elles se rapportent à Dieu ou à l’humanité. Ces diverses variétés figurent sur un arbre généalogique représenté dans une miniature, l’albre d’amor, qui occupe une feuille entière, à la suite du prologue, où Matfre nous apprend qu’il a composé son Breviari pour éviter l’oisiveté mais aussi, plus particulièrement, pour satisfaire les amants et les troubadours, qui sont venus lui demander de leur expliquer la nature de l’amour que chantent ces troubadours. Lire le reste de cette entrée »


%d blogueurs aiment cette page :