1215-1216 : deux années décisives de la Croisade contre les Albigeois. Du concile de Latran IV au sac de Toulouse. Conférence à Carcassonne, samedi 12 décembre 2015.

8 décembre 2015

Samedi 12 décembre 2015
Carcassonne. Auditorium de la chapelle de Jésuites. 14 h 30. entrée libre.
L’Association d’Etudes du Catharisme vous invite à assister à la nouvelle conférence de Charles Peytavie, historien médiéviste :

1215-1216 : deux années décisives de la Croisade contre les Albigeois. Du concile de Latran IV au sac de Toulouse.

A la fin de 1215, la Croisade contre les Albigeois, la première guerre sainte organisée au cœur de l’Occident Chrétien pour lutter contre les hérétiques et leurs protecteurs commencée en 1209 connaît un nouveau tournant de son histoire. Après la victoire de Simon de Montfort à Muret en septembre 1213, cette croisade décidée par la papauté s’est transformée en un pur et simple conflit politique. Plus personne ne peut s’opposer à la conquête par Simon de Montfort de la couronne comtale de Toulouse. Même le pape Innocent III ne peut empêcher le chef de la croisade d’étendre son pouvoir sur l’ensemble des territoires compris entre le Rhône et la Garonne. Le pontife parvient seulement au cours du concile du Latran à réserver le marquisat de Provence au jeune Raymondet, le fils de l’ancien comte de Toulouse Raymond VI (le futur comte Raymond VII).

Innocent III Détail.JPG

Le pape Innocent III.

Le grand concile réuni à Rome en novembre et décembre 1215 est l’occasion de faire le point sur la Croisade et la lutte contre les hérétiques. Au cours de cette conférence nous reviendrons sur l’enjeu des débats concernant le Midi de la France et nous verrons quels acteurs méridionaux (Raymond-Roger de Foix, Pierre-Raymond de Rabastens, l’évêque Foulque de Toulouse,etc.) y jouèrent un rôle de premier plan. Nous verrons aussi comment le sort de Montségur, désigné ouvertement par l’Eglise romaine comme une cible fut l’objet des vifs échanges entre les protagonistes.

LatranIV

Le concile de Latran IV. Ms. de la Canso. XIIIe isècle.

 

Tout semblait réussir à Montfort. Et en avril 1216, il pouvait prêter hommage pour les terres conquises au roi de France Philipe Auguste. Pourtant en quelques mois, sur le terrain, les croisés allaient connaître d’importants revers et connaître une résistance sans précédent. Au cours de l’été, l’échec du siège de Beaucaire est un signal rendant les croisés particulièrement nerveux et à cran. La cité de Toulouse était au bord de la révolte.

Beaucaire

Le siège de Beaucaire. Ms de la Canso. XIIIe siècle.


Cette année décisive allait se terminer par un épisode tragique et sanglant: le sac et le pillage de la cité comtale par les croisés (septembre-octobre 1216). Toulouse vit alors s’abattre sur elle des malheurs tels qu’elle n’en avait pas encore connus depuis le début de la Croisade.


Une conférence à Toulouse sur la bataille de Muret, lundi 15 avril 2013, à 18 heures, salle du Sénéchal, près du Capitole.

14 avril 2013

Lundi 15 avril à 18 heures, la Société Toulousaine d’Etudes Médiévales organise une conférence sur la bataille de Muret intitulée:

La bataille de Muret: Jeudi 12 Septembre 1213

par Georges Passerat, professeur d’histoire médiévale à l’institut catholique de Toulouse, Mainteneur des Jeux Floraux de Toulouse

raimondVIDans les anniversaires douloureux de la croisade albigeoise, la date de du 15 septembre 1213 reste comme le souvenir d’une amère défaite. La plaine de Muret, entre la Louge et la Garonne,a vu l’anéantissement des troupes occitano-catalanes par l’armée des croisés du Nord. Tout s’est joué dès le début et la mort brutale du roi Pierre II d’Aragon a sonné le glas de tout espoir de voir naître un état occitano-catalan, établi sur les deux versants des Pyrénées. Cet épisode célèbre représente un tournant décisif dans l’histoire des relations entre les Comtes de Toulouse, la Couronne d’Aragon, le Roi de France et le pape. La non intervention des toulousains et des troupes de Raymond VI laisse une impression de malaise. Une longue préparation idéologique a poussé les protagonistes à engager cette bataille, qui n’était pas perdue d’avance et où, finalement, s’est joué le destin de Toulouse et de toute la nation occitane. Le retentissement et les suites de cette défaite continuent d’agiter les esprits, malgré les 800 ans qui nous séparent des événements. Les témoins de cette époque sont nombreux à nous avoir laissé un récit détaillé des combats, tout en nous livrant les sentiments des riverains de la Garonne en ce début du 13° siècle.

Entrée 5 euros. Etudiants : 2 euros.

Renseignements : http://www.etudes-medievales.org/stem/index.php


Une journée de commémoration de la bataille de Saint-Martin-Lalande et Lasbordes (1211-2011)

20 septembre 2011

La première bataille rangée de la Croisade albigeoise.

La bataille de Saint-Martin-Lalande-Lasbordes. Chanson de la Croisade albigeoise. BNF, Ms français 25425, f°27, fin XIIIe siècle.

Septembre 1211. Les troupes méridionales du comte Raymond VI de Toulouse assiègent Simon de Montfort enfermé dans Castelnaudary. Il attend avec une certaine impatience vivres et renforts que doivent lui amener ses lieutenants Guy de Lévis et Bouchard de Marly. Mais, à quelques lieues de là, dans la plaine lauragaise, aux abords de Lasbordes et de Saint-Martin-Lalande, les hommes du comte de Foix bloquent l’arrivée du convoi tant attendu. Ainsi commence la première véritable bataille rangée de la Croisade albigeoise. L’affrontement fut terrible. Tous les combattants se battent comme des lions. Mais l’engagement personnel de Montfort dans la bataille au secours de ses hommes contrarie les projets du comte Raymond-Roger de Foix. Au final, il est bien difficile de savoir qui a remporté la bataille. La passivité du comte de Toulouse qui n’a pas rallié les troupes de Foix ou tenté de prendre Castelnaudary fait de ce combat pour les méridionaux une véritable occasion manquée de prendre le dessus sur les troupes croisées.  Mais une chose est sûre, la bataille de Saint-Martin-Lalande-Lasbordes  a profondément marqué les esprits de tous ceux qui avaient survécu aux combats.

Une journée de commémoration à Saint-Martin-Lalande et Lasbordes, à l’initiative de l’association Lauragais au coeur

Le dimanche 25 septembre 2011, à partir de 10 heures 15, deux défilés en costumes d’époque venant de Saint-Martin-Lalande et Lasbordes convergeront vers le lieu de la bataille, au lieu-dit Pech Redon, à mi-distance entre les deux villages (itinéraire fléché).

Sceau de Raymond-Roger de Foix, 1215.

A 11 heures, au lieu-dit Pech Redon, se déroulera l’inauguration du panneau de la fameuse bataille, par MM. les maires de Saint-Martin et de Lasbordes, en présence des élus et des enfants des écoles qui entonneront l’«hymne occitan», le fameux «Se Canto». L’apéritif est prévu, si la météo l’autorise, sur les lieux mêmes de la bataille.

Bouchard de Marly. Dessin du XVIIe siècle d'un vitrail de la cathédrale de Chartes du XIIIe siècle.

A 15 heures, initiation au tir à l’arc avec la compagnie des archers chauriens au Tennis municipal, à Lasbordes.

A 15 h 30, conférence à la salle des fêtes de Saint-Martin-Lalande, sur la bataille de septembre 1211, par M. Charles Peytavie, historien médiéviste, spécialiste des cathares et de la Croisade albigeoise: La bataille de Saint-Martin-Lalande-Lasbordes, la première bataille rangée de la Croisade albigeoise. Entrée gratuite.


%d blogueurs aiment cette page :