Samedi 13 mai 2017. Journée Découverte au cœur des pays d’Aude en Razès à Roquetaillade et Fa. Sur les traces des cathares et des conséquences de la Croisade albigeoise en Razès. Visite du village fortifié de Roquetaillade.

27 avril 2017

Programme de la journée.

Visite du village fortifié de Roquetaillade. Visite du site de l’ancien village fortifié de Fa avec sa tour médiévale. Sous la conduite de Rodrigue Tréton, docteur en histoire. Avec la participation de Charles Peytavie, historien médiéviste, spécialiste du catharisme et du poète occitan Franc Bardou.

Le château et l’église Saint-Etienne de Roquetaillade. Photo Franc Bardou.

Journée gratuite pour les adhérents de l’AEC.
Non adhérent : 10 euros
Habitants de Roquetaillade et de Fa : gratuit
Bulletin d’inscription à la journée et inscription pour le repas en commun au Restaurant en cliquant ici:

Bulletin d’inscription pour la Journée Découverte AEC à Roquetaillade et Fa samedi 13 mai 2017

Le village de Roquetaillade en Razès. Photo Franc Bardou.

10 h : Point de rendez-vous à Roquetaillade (9 km au sud de Limoux par D 121, puis D 421, route de Conilhac). On vous recommande de suivre la départementale 421 et de vous garer à proximité du cimetière.

Accueil des participants par notre présidente Annie Lambert et au cours de la visite par le maire du village de Roquetaillade M. Jean Siret.

10 h 15 – 12 h 00: Visite du village de Roquetaillade commentée par Rodrigue Tréton, docteur en histoire. Accès facile mais chaussures de marche requises. Nous irons d’abord à proximité du village sur le site de l’ancienne motte castrale de Pech Trencald dont l’existence au XIIe siècle a précédé la fondation du village de Roquetaillade à l’initiative du vicomte Roger II Trencavel.

Le château de Roquetaillade. Photo Franc Bardou.

Nous poursuivrons la visite à la découverte du village (visite de l’église de Saint-Etienne, évocation de l’histoire du château à travers ses extérieurs, visite du patrimoine du village). Les premières mentions répertoriées de Roquetaillade remontent à la première moitié du XIIIe siècle, en la personne d’un chevalier nommé Bertrand de Roquetaillade. Ce seigneur était lié aux seigneurs hérétiques de Fanjeaux, et combattit contre les troupes de l’Eglise et du roi de France au cours de la Croisade contre les Albigeois, ce qui lui valut d’être dépossédé de ses biens. La seigneurie de Roquetaillade, comme celles de nombreuses autres localités de cette partie du Razès, fut alors attribuée au seigneur de Mirepoix Gui de Lévis, qui l’inféoda avant 1247 à l’un de ses fidèles vassal, un chevalier nommé Gasses de Rivière. Au cours des siècles suivants, tous les successeurs de Gasses, membres de la famille de Rivière puis de celle de Montfaucon, feront hommages de la seigneurie de Roquetaillade aux seigneurs de Levis-Mirepoix.

12 h 30 – 14 00 : Départ pour le restaurant situé entre Espéraza et Campagne (par la D421 par Conilhac, puis par la D 152 et la D 52 par Antugnac, puis la D 12 jusqu’à Esparaza, enfin la D 118 en direction de Campagne-sur-Aude. Le trajet fait environ 15 km et est évalué à 20 minutes en voiture). Le restaurant est situé sur le D 118. Déjeuner en commun Restaurant Le Relais de la Haute Vallée. 46, av. du Languedoc, Campagne-sur-Aude (D118).

La tour de Fa. Photo Franc Bardou.


14 h 30 – 17 h 00
: Accueil par le maire du village de Fa Anthony Chanaud. Conférence au Foyer municipal de Fa par Charles Peytavie sur le haut Razès et la haute vallée de l’Aude au temps de la Croisade albigeoise.

Le pic de Bugarach depuis la tour de Fa. Photo Franc Bardou.

Visite du site du village médiéval déserté et de la tour de Fa commentée par Rodrigue Tréton, docteur en histoire. Se garer dans le village, près de l’église, après avoir traversé le pont sur le ruisseau de Fa. Montée au site à pied, sans difficulté. Avant la Croisade albigeoise, une moitié de la seigneurie de Fa appartient à l’abbaye d’Alet, l’autre à l’abbaye de Joucou. Ces coseigneurs y possèdent en commun une tour. Après la croisade, la tour et le castrum de Fa attirent les convoitises de l’archevêque de Narbonne. Dans un premier temps, il se sert du soupçon de compromission des moines d’Alet avec l’hérésie pour mettre la main sur ce patrimoine. Débouté en 1258, il ne renonce pas. S’ensuit une longue période de conflits judiciaires et même armés pour la possession de cette tour et de ce village fortifié dont nous visiterons les traces et vestiges.


L’AEC / René Nelli a le plaisir de vous inviter à assister à ses deux prochaines conférences.

29 octobre 2014

Samedi 29 novembre 2014, Auditorium de la chapelle des Jésuites , 14 h 30, entrée libre

h-norbertus-van-premontre_hendrik-causc3a9_grimbergen1Hérésies médiévales en Flandre et dans les Pays-Bas au début du XIIe siècle. L’hérétique Tanchelm ou Tanchelin, un proto-cathare ?

Une conférence de Michel Gybels, administrateur de l’AEC / René Nelli

Tanchelin, Tanchelm ou encore Tanchelin d’Anvers est un moine réformateur religieux, un prophète « communaliste » du début du XIIe siècle, connu surtout pour son antisacerdotalisme. Selon certaines sources il aurait fait partie de l’entourage du comte Robert II de Flandre (Robert de Jérusalem), dont il est peut-être officier ou notaire qui avait suivi le duc Godefroy de Bouillon en Croisade en Palestine (1096-1099). Tanchelin commence à prêcher en Hollande, en Zélande, en Flandre et en Brabant dès 1110. Ses critiques sont dirigées contre l’Église catholique romaine. Il prône l’agrandissement de l’évêché de Thérouanne jusqu’à Utrecht, prêche le refus de payer la dîme et nie la validité des sacrements délivrés par les prêtres indignes. Il opère aussi la distinction entre l’Église des simples – dont il se prétend le représentant au nom de l’Esprit qu’il dit incarner – à l’Église des clercs. Il s’oppose aux fastes et aux richesses inutiles de l’Église qu’il qualifie de bordel et vante les mérites de la vie apostolique, pour lui synonyme de pauvreté. Enfin, il favorise les mariages librement consentis par les époux. Il tire parti d’un conflit d’intérêt entre le comte et l’archevêché d’Utrecht afin de soulever le peuple anversois contre son clergé corrompu. Il dirige Anvers au nom de Dieu, s’entoure d’une garde armée et à sa dévotion il multiplie les sermons dans une ambiance d’hystérie. Emprisonné à Cologne en 1113-1114, il est libéré malgré les protestations des chanoines d’Utrecht.Finalement, il est assassiné en 1115 par un prêtre catholique alors qu’il traverse l’estuaire de l’Escaut à Vlissingen en Zélande. Toutefois ses adeptes conservent le pouvoir dans la ville d’Anvers.

Samedi 06 décembre 2014, Auditorium de la chapelle des Jésuites, 14 h 30, entrée libre

Le crépuscule d’une vicomté : l’histoire méconnue du Fenolhedès dernier foyer de la résistance à la croisade contre les Albigeois.

Une conférence de Rodrigue Tréton, docteur en Histoire médiévale.

Fenouillet & bugarach by bardou

Le castrum de Fenouillet et le pic de Bugarach.  © Photo Franc Bardou.

 

L’historiographie de la croisade contre les Albigeois et de l’annexion du Languedoc méditerranéen au royaume de France entérinée par le traité de Corbeil en 1258 a bien souvent passé sous silence la question de l’ancien pays de Fenolhedès. Pourtant, ce territoire pyrénéen, devenu vicomté aux alentours de l’an mil, a été le dernier véritable foyer de la résistance militaire face à l’Eglise et au pouvoir des Capétiens. Ce n’est en effet que onze ans après la prise de Montségur que Xatbert de Barbaira rendit les armes à Quéribus en 1255.

Quéribus by bardou

Le château de Quéribus et le Fenolhedès. ©Photo Franc Bardou.

En s’appuyant sur le résultat d’une longue enquête personnelle menée dans les archives de France et d’Espagne, le conférencier s’attachera à présenter l’originalité de la situation géopolitique du Fenolhedès et les motivations de ses derniers vicomtes tout en déroulant le fil des principaux événements qui aboutirent à la suppression définitive de la vicomté en 1262.


%d blogueurs aiment cette page :