Alet et son abbaye au temps des cathares. L’AEC vous invite à sa nouvelle journée découverte à Alet-les-Bains le samedi 4 mai 2013.

18 avril 2013

L’AEC / René Nelli vous invite à sa deuxième journée découverte le samedi 04 mai 2013 à Alet-les-Bains (Aude).

Cette journée, mise en place par nos bénévoles et en particulier Marie-Thérèze Delaprez avec le concours de Renaud Hertz, est organisée avec le soutien de la municipalité d’Alet-les-Bains et son représentant M. Jean-Jacques Hortoul.

Au programme de cette journée, nous avons prévu une visite commentée du village, de l’église paroissiale Saint-André (sous la conduite de Jean Ribes) et de l’abbaye Notre-Dame. En matinée, l’historien médiéviste Charles Peytavie nous présentera une conférence inédite intitulée: Alet et son abbaye au temps des cathares et de la Croisade albigeoise.

L’histoire d’Alet, au tournant des XIIe et XIIIe siècles, ne se limite pas, seulement, à celle de sa prestigieuse abbaye. A la veille de la Croisade, le développement du bourg est au cœur de la stratégie des Trencavel, vicomtes de Carcassonne, visant à asseoir plus fortement leur pouvoir en Razès. L’essor d’Alet attire de nouvelles populations et avec elles leurs idées et croyances nouvelles, jugées hérétiques par l’Eglise. Deux communautés religieuses y prennent de plus en plus d’importance: la communauté juive et la communauté des croyants cathares. Mais avec la Croisade et l’intervention de la Couronne capétienne, l’esprit de tolérance dont font coutume les moines bénédictins et les familles seigneuriales locales deviendra rapidement suspect. Les moines et toute la population d’Alet sont la cible des légats du pape et des inquisiteurs. Un temps exilés et accusés d’hérésie, les bénédictins devront tout mettre en œuvre pour récupérer leur abbaye. Quant aux Alétois, malgré l’acharnement des inquisiteurs, ils feront tout pour maintenir leurs droits et poursuivre l’expansion de leur localité.

Nous terminerons la journée par la visite de la chapelle romane du hameau de Saint-Salvayre.

Vous pouvez consulter et télécharger le programme et le bulletin d’inscription de cette journée  en cliquant sur le lien ci-dessous:

Programme de la Journée Découverte de l’AEC à Alet samedi 4 mai 2013


Visitez le château de Lagarde (Ariège) avec Fabrice Chambon et le Pays d’art et d’histoire des Pyrénées Cathares.

17 avril 2013

Lagarde by BardouLe Pays d’art et d’histoire des Pyrénées Cathares propose une visite autour du château de Lagarde, ancien château de la famille de Lévis (la branche Lévis Lagarde, seigneur de Montségur au XIVe siècle),  fermé au public depuis déjà quelques années. Fabrice Chambon, guide conférencier et responsable du musée de Montségur, propose le 27 avril 2013 de découvrir l’histoire de ce château en approchant au plus près des ruines, l’intérieur du monument n’étant plus accessible pour des raisons de sécurité.
Les réservations sont indispensables pour cette visite. Plusieurs horaires ont été déterminés pour la journée du 27 avril. Il faut contacter l’office de tourisme du pays de Mirepoix pour avoir toutes les informations nécessaires: 05 61 68 83 76. Le tarif pour chaque visite est de deux euros.


Prochaine rando découverte sur les traces des cathares et René Nelli à Fontiers-Cabardès, samedi 13 avril 2013, à partir de 13 h 30.

24 mars 2013

Fontiers. Tour dite de l’horloge, XVIe siècle.© J.-Cl. Capéra.

Une nouvelle rando-découverte organisée par l’Association Patrimoines, vallées des Cabardès et l’Association d’Etudes du Catharisme / René Nelli, samedi 13 avril 2013.

Rendez-vous, 13 h 30, place centrale de Fontiers-Cabardès.

Depuis Castelnaudary, l’accès à Fontiers se fait par Saint-Papoul, Saissac et Saint-Denis. Depuis Carcassonne,  suivre la route de Mazamet, puis prendre la direction Fontiers-Cabardès.

Selon la météo et le temps disponible, en covoiturage, départ après la visite de Fontiers vers la maison forestière de la forêt de la Loubatière et sa chartreuse (15 minutes).

Randonnée sans difficulté, prévoir de bonnes chaussures de marche.

Une rando-découverte organisée  par l’Association Patrimoines, vallées des Cabardès et l’Association d’Etudes du Catharisme / René Nelli, proposée et présentée par Jean-Claude Capéra, géologue, président de l’association « PATRIMOINES, vallées des Cabardès», Charles Peytavie, historien médiéviste, spécialiste du catharisme et Franc Bardou, écrivain et essayiste, spécialiste des troubadours et de la pensée et de l’œuvre de René Nelli.

Le clocher de l'église de Fontiers.

Le clocher de l’église Saint-Clément de Fontiers. Gouache de Carlos Pradal (1967) illustrant un article de La Dépêche du Midi de Michel Roquebert sur le Cabardès, « suisse en miniature sur les flancs de la Montagne Noire« .

Cette randonnée sera l’occasion d’évoquer la fondation de Fontiers au temps des vicomtes Trencavel, des cathares et de la Croisade albigeoise et les moyens engagés par les évêques de Carcassonne pour combattre l’hérésie dans cette partie de la Montagne Noire. C’est dans ce contexte que seront également rappelés la fondation de la chartreuse de la Loubatière et le sort des troubadours du Cabardès (en particulier Raymond de Miraval et Peire Vidal). Le parcours dans Fontiers-Cabardès sera également l’occasion d’évoquer la Cabardès de René Nelli à travers la lecture des extraits de son œuvre consacrée à ce pays.

René Nelli à Fontiers.

Fontiers-Cabardès. La Sauvagère. Gouache de René Nelli, 26 juillet 1947.© ADA.

René Nelli choisit Fontiers comme lieu de ses vacances en 1947. Les deux années précédentes, il s’était rendu à Montségur. Comme il le note dans ses carnets, 1947 est l’année où il se « remet à faire de la peinture« , précisément à Fontiers. Ces sujets : la nature environnante et le domaine de La Sauvagère où il réside (aujourd’hui domaine Clément). Il y revient l’année suivante, toujours à La Sauvagère. En 1949, il opte pour des vacances à Ussat et Montségur, mais revient en Cabardès en 1950, cette fois-ci à Cuxac-Cabardès au « Cammazou » qui à cette époque s’appelait la « Villa Saint-Georges »  et appartenait au fondateur de la distillerie Cabanel de Carcassonne. A partir de 1951, René Nelli opte définitivement pour des vacances estivales au château de Bouisse qu’il vient d’acheter dans les Corbières. Le Cabardès est pour lui un paysage fonctionnant comme une confidence hors du temps, tissée de prose narrative, contemplative et de poésie.


Prochaine rando découverte à Fontiers-Cabardès le samedi 13 avril 2013, sur les traces des cathares, de René Nelli et des chartreux de la Montagne Noire.

19 mars 2013

Une rando découverte sur les traces de René Nelli, des cathares et des chartreux de la Montagne Noire 

La prochaine rando-découverte de notre association organisée avec l’Association Patrimoines, vallées des Cabardès aura lieu le samedi 13 avril 2013. Rendez-vous à Fontiers-Cabardès, à 13 h 30, place de Fontiers pour une randonnée qui nous amènera sur les pas de René Nelli et des cathares à Fontiers-Cabardès et en forêt de la Loubatière, près des ruines de la chartreuse médiévale du même nom. La participation à cette randonnée est gratuite et ouverte à tous; elle sera cette année encore animée par Jean-Claude Capéra, Franc Bardou et Charles Peytavie.

En attendant de vous  en dire un peu plus sur le programme de cette journée, retour en images sur la rando découverte de l’année dernière. Souvenez-vous, nous étions plus de 150 sur les chemins de Cabrespine le 14 avril 2012.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Retour sur la journée découverte à Belpech et en Lauragais (3).

18 mars 2013

Vous êtes plusieurs à nous avoir demandé le texte du poème chanté par notre ami Franc Bardou sur le site du castel de Belpech. Il s’agissait d’un poème de Guilhem IX de Poitiers (1096-1126), neuvième duc d’Aquitaine, le premier troubadour connu et sans doute le second poète en Europe à ne pas composer en latin.

Ab la dolchor del temps novel

Ab la dolchor del temps novel

folha li bosc, e li aucel

chanton, chascus en lor lati,

segon lo vers del novel chan:

adonc esta ben c’om s’aisi

d’acho dont hom a plus talan.

De lai don plus m’es bon e bel

no vei messager ni sagel,

per que mos cors non dorm ni ri

ni no m’aus traire adenan,

tro qu ‘eu sacha ben de la fi

s’el’es aissi com eu deman.

La nostr’amor vai enaissi

com la branca de l’albespi,

qu’esta sobre l’arbr’en treman,

la nuoit, ab la ploja e al gel,

tro l’endeman, que-l sols s’espan

per la fuelha vert el ramel.

Enquer me menbra d’un mati

que nos fezem de guerra fi

e que-m donet un don tan gran:

sa drudaria e son anel.

Enquer me lais Dieus viure tan

qu’aja mas mans jos son mantel !

Qu’eu non ai song d’estraing lati

Que-m parta de mon Bon Vezi (1)

Qu’eu sai de paraulas com van

Ab un breu sermon que s’espel;

Que tal se van d’amor gaban,

Nos n’avem la pessa e-l coutel. (2)

Guilhem de Peitieu (1071-1126)

Franc Bardou, à Belpech, chante Guillaume de Poitiers

Franc Bardou, à Belpech, chante Guillaume de Poitiers.© J.-Cl. Peytavie.

(1)  » mon bon voisin », surnom en poésie de la Dame de Guilhem de Poitiers.
(2) avoir le morceau et le couteau, c’est-à-dire tout ce qu’il faut pour manger; être bien servi.

 

 

 

 

Avec la douceur du temps nouveau,

les bois se couvrent de feuilles et les oiseaux

chantent, chacun en son latin,

suivant le vers d’un nouveau chant.

Donc il est bien de se réjouir

de ce dont on a le plus envie.

De là où se trouve selon moi le plus de bien et de bonté

je ne vois (venir) ni messager ni lettre scellée,

(c’est) pourquoi je ne dors ni ne ris

ni n’ose m’avancer,

jusqu’à ce que je sache, du fin mot de cela,

s’il en va comme je le demande.

Il en va de notre amour

comme de la branche d’aubépine

qui reste sur l’arbre, tremblante, 

dans la nuit, à la pluie et au gel,

jusqu’au lendemain où le soleil se répand

sur les feuilles vertes et le rameau.

Je me souviens encore d’un matin

où nous mîmes fin à notre guerre ;

elle m’y accorda un don si grand,

sa chair d’amour, et son anneau.

Que Dieu me laisse vivre autant

que j’aie mes mains sous son manteau.

Car moi, je n’ai cure d’étranges latins

qui me distancieraient de « mon Bon Voisin »

et je sais comment il en va des paroles

qui éclosent en un bref sermon :

il en est qui se vantent d’amour.

Nous, nous avons la pièce et le couteau !

Guilhèm IX d’Aquitània

trad. F. Bardou

La Ganguise.

La Ganguise.© Franc Bardou.


Retour en photos sur la journée découverte à Belpech et en Lauragais (2).

17 mars 2013

Le groupe de l’AEC débute la visite de Saint-Michel-de-Lanès.© Franc Bardou.

Après la visite du village et du château de Belpech, le groupe de l’AEC constitué pour cette journée du 09 mars 2013 a profité d’une belle après-midi de printemps pour visiter deux villages du Lauragais très marqué par la présence du catharisme au XIIe et XIIIe siècles, Saint-Michel-de-Lanès et Baraigne. Nous reviendrons plus en détails dans un prochain post sur les évènements liés au catharisme dans ces deux localités évoqués par notre guide Charles Peytavie.

Le groupe de l'AEC devant le chevet roman de l'église de Baraigne.

Le groupe de l’AEC devant le chevet roman de l’église de Baraigne.© Franc Bardou.

Ce déplacement à Saint-Michel-de-Lanès fut l’occasion pour beaucoup d’entre nous de découvrir une commune au patrimoine très riche: les vestiges de la maison forte médiévale des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem, implantés sur place vers 1135, son église Saint-Michel à la façade percée d’un très beau portail de la fin du XVe siècle, huit stèles discoïdales médiévales regroupées dans le cimetière du village.

Détail du portail roman de l'église Notre-Dame de Baraigne.

Modillon placé sur le chevet de  l’église Notre-Dame de Baraigne. © Franc Bardou.

A Baraigne, le groupe a pu visiter la très belle église romane située au centre de cet ancien village ecclésial dépendant, semble-t-il, anciennement de l’abbaye d’Alet. Elle s’impose aujourd’hui comme un chef d’oeuvre de l’art roman régional. Elle présente une nef unique flanquée de deux chapelles formant transept et une abside en hémicycle. Elle conserve à l’intérieur une croix trilobée portant une ancre, une croix grecque et une colombe. Difficile à dater, cette croix, peut-être médiévale, est abusivement désignée comme une « croix cathare ». La journée s’est terminée face au chevet de l’église de Baraigne après avoir examiné les très belles stèles discoïdales gothiques scellées dans le cimetière du village, situé en marge de l’ancien enclos ecclésial.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Retour en images sur la journée découverte à Belpech et en Lauragais (1).

16 mars 2013

Les vestiges du « cap castel » de Belpech. © Franc bardou.

Quelques images choisies de notre dernière journée découverte à Belpech et dans le Lauragais le 09 mars dernier. Pour commencer, retour sur notre visite du village et des ruines du château de Belpech. Nous étions un peu plus de cinquante pour cette première sortie de l’année autour de nos guides Charles Peytavie et Franc Bardou. Objectif atteint pour les bénévoles de l’Association qui ont mené à bien ce projet, en particulier Renaud Hertz, notre nouvel administrateur. Un grand merci à tous les acteurs locaux impliqués, en particulier la mairie de Belpech, M. Canal, propriétaire du château de Belpech et M. Armengaud, président de la Société d’Histoire du Garnaguès, Belpech et son canton. N’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires sur ce blog.

Ce diaporama nécessite JavaScript.