Imbert de Salles, le héros du roman de Bernard Mahoux, est le seul défenseur de Montségur à être honoré par une stèle.

6 décembre 2013
Stèle de Salles-sur-Cérou.

Stèle de Salles-sur-Cérou. © Ch. Peytavie.

Le saviez-vous ?

Imbert de Salles, le personnage historique que l’écrivain Bernard Mahoux nous propose de découvrir  samedi 07 décembre 2013 à 14 h 30 à Carcassonne, au cours d’une conférence à l’auditorium des Jésuites, rue des Etudes, est le seul défenseur de Montségur à être immortalisé sous la forme d’une stèle.
Le monument de Salles-sur-Cérou a été inauguré en 2009.Avant lui, aucun défenseur du castrum de Montségur au cours du grand siège de 1243-1244 n’avait encore eu droit à pareil hommage public. Mais au cours du troisième festival de la « Pierre de Salles » organisé par l’association Lou Passadou, les 1er et 2 mai 2009, Salles-sur-Cérou, un très beau village médiéval près de Cordes, a honoré la mémoire de cet enfant du pays sous la forme d’une stèle posée sur le mur de l’église du village.
Elle est l’oeuvre d’une équipe de tailleurs et sculpteurs composée de Pascal Waringo, Andrew Scott, Pascal Gaud, Josin Xifra, Patrick et Karine Sygenda. Le croquis et les mesures ont été effectués à partir du nombre d’or par Michel Delcausse, imagier à Cordes.


Samedi 07 décembre 2014, l’AEC / René Nelli vous invite à la présentation du livre de Bernard Mahoux, Le dernier défenseur de Montségur.

30 novembre 2013

Conférence et dédicace.
img812Samedi 07 décembre à 14 h 30, Auditorium des Jésuites, rue des études, l’AEC / René Nelli vous invite à assister à la présentation du dernier livre de Bernard Mahoux, Le dernier défenseur de Montségur, récemment paru aux éditions TDO.
Cette présentation sous forme de conférence sera suivie d’une discussion avec Charles Peytavie, historien du catharisme et d’une séance de dédicaces.

http://www.tdo-editions.fr/home/146-livre-historique-le-dernier-defenseur-de-montsegur.html

Le roman est consacré à la vie du sergent Imbert de Salles, l’un des derniers défenseurs du château de Montségur.

Fils du châtelain de Salles-sur-Cérou près de Cordes, cadet sans fortune pris dans la sale guerre déclenchée par la croisade contre les albigeois qui oppose l’Église de Rome à l’Église cathare, le jeune Imbert n’a d’autre choix que d’exercer le métier de moine ou celui de soldat. Il est de toutes les rebellions et, une fois la paix signée par le comte de Toulouse, il s’emploie à escorter les bannis, Bons Hommes, Bonnes Dames, faidits et tous ceux qui fuient la terrible Inquisition.
Il se trouve à Montségur quand le sénéchal de Carcassonne, bien décidé à en finir avec les hérétiques, vient assiéger la cité Sainte. Là, il tombe éperdument amoureux de Bernarda, l’une des filles du seigneur de Lavelanet, réfugiée elle aussi sur le pog, et veut l’épouser. Hélas, le père de la jeune fille, hérétique jusqu’à l’os, ne veut rien entendre de tel. Il a le projet d’en faire une Parfaite… Mais Imbert n’est pas homme à renoncer. On ne renonce pas quand on est amoureux d’un ange !
L’histoire d’Imbert, tour à tour moine, soldat, et qui se montrera rusé pour échapper à l’Inquisition, nous entraîne dans un tourbillon d’aventures palpitantes.


A Salles-sur-Cérou (Tarn), sur les traces du sergent Imbert de Salles, défenseur de Montségur en 1243-1244.

12 septembre 2013

ImageSamedi 15 septembre 2013, à l’occasion des prochaines Journées européennes du Patrimoine, Salles-sur-Cérou (dans le Tarn, près de Cordes), met à l’honneur le sergent Imbert de Salles, défenseur de Montségur lors du siège de 1243-1244.

Visite du village et de l’église de Salles, conférence « La vie rêvée d’Imbert de Salles », parcours de randonnée (à pied, à VTT)
3 évènements à Salles sur Cérou :

– Parcours de randonnée en famille à pied de 15 km pour découvrir le patrimoine culturel et environnemental de la vallée du Cérou avec des points quizz où des questions seront posées. Le sentier thématique « La vallée de la croisade » sera commenté. Un parcours VTT de 25 km et un parcours trial sur 25 km seront proposés. RDV à 8h30, départ en 9h et 10h.

– Visite commentée de l’église St Sauveur et découverte d?étonnantes pierres gravées dans le village. RDV à 15h place des marronniers.

– A 16h : conférence donnée par Bernard Mahoux à l’église St Sauveur sur « La vie rêvée d’Imbert de Salles » à l’occasion de la sortie du roman « le dernier défenseur de Montségur ». Gratuit.

Bernard Mahoux est Albigeois. Romancier, passionné par l’Histoire de l’Occitanie, il fait revivre à travers ses romans les plus riches heures médiévales du Midi en exaltant magnifiquement sa civilisation prestigieuse et son esprit frondeur. Il est l’auteur de la saga en plusieurs volumes, La malédiction des Trencavel.

Le nouveau livre de Bernard Mahoux est disponible aux éditions TDO.

Fils du châtelain de Salles-sur-Cérou près de Cordes, cadet sans fortune pris dans la sale guerre déclenchée par la croisade contre les albigeois qui oppose l’Église de Rome à l’Église cathare, le jeune Imbert n’a d’autre choix que d’exercer le métier de moine ou celui de soldat. Il est de toutes les rebellions et, une fois la paix signée par le comte de Toulouse, il s’emploie à escorter les bannis, Bons Hommes, Bonnes Dames, faidits et tous ceux qui fuient la terrible Inquisition.Il se trouve à Montségur quand le sénéchal de Carcassonne, bien décidé à en finir avec les hérétiques, vient assiéger la cité Sainte. Là, il tombe éperdument amoureux de Bernarda, l’une des filles du seigneur de Lavelanet, réfugiée elle aussi sur le pog, et veut l’épouser. Hélas, le père de la jeune fille, hérétique jusqu’à l’os, ne veut rien entendre de tel. Il a le projet d’en faire une Parfaite… Mais Imbert n’est pas homme à renoncer. On ne renonce pas quand on est amoureux d’un ange !L’histoire d’Imbert, tour à tour moine, soldat, et qui se montrera rusé pour échapper à l’Inquisition, nous entraîne dans un tourbillon d’aventures palpitantes.

Sur cette manifestation :

http://www.ladepeche.fr/article/2013/09/12/1706689-a-salles-avec-mahoux.html


Avant la nouvelle Journée René Nelli, dimanche 30 juin 2013, retour en images sur la manifestation de 2012.

25 juin 2013

Journées René Nelli 2012. F. Zambon, M. Roquebert, Ch. Peytavie.

Plus que quelques jours avant la prochaine Journée René Nelli à Bouisse, dimanche 30 juin 2013, consacrée cette année à l’archéologie rêvée de René Nelli, à Montségur  et aux musées imaginaires du catharisme.

Avec Jean Guilaine, Michel Roquebert, Charles Peytavie et Franc Bardou.

Le programme de la journée et le bulletin d’inscription sont disponibles ici:

https://aecnelli.com/2013/06/09/dimanche-30-juin-2013-5e-journee-rene-nelli-au-chateau-de-bouisse-larcheologie-revee-de-rene-nelli-avec-jean-guilaine-michel-roquebert-charles-peytavie-et-franc-bardou/

Déjà cinq ans que ce rendez-vous au cœur des Corbières existe et rassemble près d’une centaine de personnes au château de Bouisse, aujourd’hui propriété de Philippe et Elisabeth Ramon. Un grand merci à tous les organisateurs bénévoles de ces journées qui œuvrent à la réussite de ce beau moment de convivialité et de culture populaire.

Retour en images sur la manifestation de l’année dernière. Souvenez-vous, nous recevions à Bouisse Francesco Zambon, Charles Peytavie et Michel Roquebert, Patrick Courault et Franc Bardou.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Dimanche 30 juin 2013. 5e journée René Nelli au château de Bouisse. L’archéologie rêvée de René Nelli. Avec Jean Guilaine, Michel Roquebert, Charles Peytavie et Franc Bardou.

9 juin 2013

Pour la 5e année consécutive, retrouvez votre rendez-vous annuel dédié à la mémoire de l’historien et poète René Nelli à Bouisse (Aude), au cœur des Corbières.

Cette 5e journée René Nelli aura lieu dans les Corbières au château de Bouisse (Aude) le dimanche 30 juin 2013.

Les deux thèmes choisis par les organisateurs cette année sont : L’archéologie rêvée de René Nelli et René Nelli et les musées imaginaires du catharisme.

Voici le programme détaillée de cette journée :

Retrouvez le programme et le bulletin d’inscription en fichier pdf en cliquant ci-dessous:

Programme 5e journée René Nelli dimanche 30 juin 2013 à Bouisse

Dimanche 30 juin 2013

Le château de Bouisse (Aude).

9 h 30 : Rendez-vous à la mairie de Bouisse. Accueil par Philippe Ramon, président de l’AEC / René Nelli, par Francis Baron, maire de Bouisse et Hervé Baro, conseiller général et vice-président de la Communauté de Communes de la Région Lézignanaise Corbières et Minervois.

10 h : Au château de Bouisse

René Nelli et les musées imaginaires du catharisme.

Par Charles PEYTAVIE , historien médiéviste, spécialiste du catharisme.

img538En 1966, René Nelli publie son livre intitulé Le Musée du catharisme. Le projet consiste à regrouper dans un même ouvrage un répertoire des objets “présumés cathares ou ressortissant à une tradition cathare”. Même si le contenu de l’ouvrage a été depuis souvent amendé et très largement invalidé, le livre reste le reflet d’une époque – entre la fin des années 1950 et le début des années 1970 – au cours de laquelle les chercheurs en catharisme s’interrogent sur l’existence des traces matérielles laissées par la religion des Bons Hommes alors que l’archéologie médiévale méridionale en est encore à ses balbutiements. Entre fascination et prudence, nous verrons comment René Nelli intègre l’évolution de la perception par l’archéologie du catharisme et de la Croisade. Et nous verrons aussi comment, parfois, la plume de l’écrivain et du poète résiste aux révélations scientifiques.

René Nelli, Fernand Niel et l’archéologie de Montségur.

Par MICHEL ROQUEBERT, historien, spécialiste du catharisme.

Fernand Niel à Montségur.

Michel Roquebert, alors journaliste à La Dépêche du Midi, a été le témoin privilégié des premières recherches de Fernand Niel à Montségur. Il reviendra pour nous sur les relations entre René Nelli et Fernand Niel et nous racontera comment Nelli a approché les théories élaborées par Niel sur la base de ses relevés architecturaux d’un château de Montségur “temple et forteresse des cathares d’Occitanie”.

La figure de l’archéologue dans un poème de René Nelli.

Par FRANC BARDOU, écrivain et essayiste, spécialiste de l’oeuvre de René Nelli.

Dans un poème typique du mouvement surréaliste méditerranéen issu de son recueil Arma de Vertut (1952), René Nelli joue avec l’image d’un archéologue pour symboliser le temps horizontal, celui du “monde des mélanges” tandis que l’amour et donc la femme nous font basculer dans le temps vertical, celui du Bien et de l’Etre suprême.

12 h 30 : Repas, salle de l’ancienne école du village.

14 h 30 : Au château de Bouisse

René Nelli et l’archéologie.

Par Jean GUILAINE, archéologue et préhistorien, membre de l’Institut (Académie des Inscriptions et Belles-Lettres).

Jean Guilaine

A travers ses souvenirs , Jean Guilaine reviendra sur le goût de son ami René Nelli pour l’archéologie préhistorique et antique. Il évoquera aussi ses découvertes faites à partir de 1954, près de Bouisse, autour de la tombe mégalithique du Clos de l’Hoste et l’importance que prennent ce monument même modeste et son mobilier dans le contexte néolithique des pays d’Aude et des Corbières. A ce propos, il nous dira ce qu’il faut penser de la découverte de la “Déesse-mère” ou “Vénus” du Clos de l’Hoste.

15 h 30 : Départ pour le Clos de l’Hoste.

Le site mégalithique du Clos de l’Hoste, unique au cœur des Corbières.

René Nelli devant le le monument mégalithique du Clos de l’Hoste en 1954.

Organisation du covoiturage. L’accès au Clos de l’Hoste ne présente pas de difficultés particulières. Parking à proximité du site. 5 mn. de marche facile . Chaussures de marche recommandées en fonction des conditions météo. Visite commentée du site du Clos de l’Hoste. Par Jean Guilaine, Franc Bardou et Charles Peytavie.

16 h 30 : Fin de la journée.

Retrouvez le programme et le bulletin d’inscription en fichier pdf en cliquant ci-dessous:

Programme 5e journée René Nelli dimanche 30 juin 2013 à Bouisse

Cette journée est organisée à l’initiative de l’AEC / René Nelli, en collaboration avec la Communauté de Communes de la Région Lézignanaise Corbières et Minervois, la commune de Bouisse, l’Association «Les bons vivants» de Bouisse, la Cave coopérative de Talairan, Philippe et Elisabeth Ramon propriétaires du château de Bouisse , les éleveurs et tous les bénévoles du village de Bouisse.

Visitez le château de Lagarde (Ariège) avec Fabrice Chambon et le Pays d’art et d’histoire des Pyrénées Cathares.

17 avril 2013

Lagarde by BardouLe Pays d’art et d’histoire des Pyrénées Cathares propose une visite autour du château de Lagarde, ancien château de la famille de Lévis (la branche Lévis Lagarde, seigneur de Montségur au XIVe siècle),  fermé au public depuis déjà quelques années. Fabrice Chambon, guide conférencier et responsable du musée de Montségur, propose le 27 avril 2013 de découvrir l’histoire de ce château en approchant au plus près des ruines, l’intérieur du monument n’étant plus accessible pour des raisons de sécurité.
Les réservations sont indispensables pour cette visite. Plusieurs horaires ont été déterminés pour la journée du 27 avril. Il faut contacter l’office de tourisme du pays de Mirepoix pour avoir toutes les informations nécessaires: 05 61 68 83 76. Le tarif pour chaque visite est de deux euros.


Prochaine rando découverte sur les traces des cathares et René Nelli à Fontiers-Cabardès, samedi 13 avril 2013, à partir de 13 h 30.

24 mars 2013

Fontiers. Tour dite de l’horloge, XVIe siècle.© J.-Cl. Capéra.

Une nouvelle rando-découverte organisée par l’Association Patrimoines, vallées des Cabardès et l’Association d’Etudes du Catharisme / René Nelli, samedi 13 avril 2013.

Rendez-vous, 13 h 30, place centrale de Fontiers-Cabardès.

Depuis Castelnaudary, l’accès à Fontiers se fait par Saint-Papoul, Saissac et Saint-Denis. Depuis Carcassonne,  suivre la route de Mazamet, puis prendre la direction Fontiers-Cabardès.

Selon la météo et le temps disponible, en covoiturage, départ après la visite de Fontiers vers la maison forestière de la forêt de la Loubatière et sa chartreuse (15 minutes).

Randonnée sans difficulté, prévoir de bonnes chaussures de marche.

Une rando-découverte organisée  par l’Association Patrimoines, vallées des Cabardès et l’Association d’Etudes du Catharisme / René Nelli, proposée et présentée par Jean-Claude Capéra, géologue, président de l’association « PATRIMOINES, vallées des Cabardès», Charles Peytavie, historien médiéviste, spécialiste du catharisme et Franc Bardou, écrivain et essayiste, spécialiste des troubadours et de la pensée et de l’œuvre de René Nelli.

Le clocher de l'église de Fontiers.

Le clocher de l’église Saint-Clément de Fontiers. Gouache de Carlos Pradal (1967) illustrant un article de La Dépêche du Midi de Michel Roquebert sur le Cabardès, « suisse en miniature sur les flancs de la Montagne Noire« .

Cette randonnée sera l’occasion d’évoquer la fondation de Fontiers au temps des vicomtes Trencavel, des cathares et de la Croisade albigeoise et les moyens engagés par les évêques de Carcassonne pour combattre l’hérésie dans cette partie de la Montagne Noire. C’est dans ce contexte que seront également rappelés la fondation de la chartreuse de la Loubatière et le sort des troubadours du Cabardès (en particulier Raymond de Miraval et Peire Vidal). Le parcours dans Fontiers-Cabardès sera également l’occasion d’évoquer la Cabardès de René Nelli à travers la lecture des extraits de son œuvre consacrée à ce pays.

René Nelli à Fontiers.

Fontiers-Cabardès. La Sauvagère. Gouache de René Nelli, 26 juillet 1947.© ADA.

René Nelli choisit Fontiers comme lieu de ses vacances en 1947. Les deux années précédentes, il s’était rendu à Montségur. Comme il le note dans ses carnets, 1947 est l’année où il se « remet à faire de la peinture« , précisément à Fontiers. Ces sujets : la nature environnante et le domaine de La Sauvagère où il réside (aujourd’hui domaine Clément). Il y revient l’année suivante, toujours à La Sauvagère. En 1949, il opte pour des vacances à Ussat et Montségur, mais revient en Cabardès en 1950, cette fois-ci à Cuxac-Cabardès au « Cammazou » qui à cette époque s’appelait la « Villa Saint-Georges »  et appartenait au fondateur de la distillerie Cabanel de Carcassonne. A partir de 1951, René Nelli opte définitivement pour des vacances estivales au château de Bouisse qu’il vient d’acheter dans les Corbières. Le Cabardès est pour lui un paysage fonctionnant comme une confidence hors du temps, tissée de prose narrative, contemplative et de poésie.